Que penser de “Drag” d’Apolline Bazin ?

L’ouvrage d’Apolline Bazin se présente sous la forme un grand format de 224 pages, avec une couverture aux jeux de brillances très esthétiques. L’autrice, co-fondatice du média Manifesto XXI, assure une écriture journalistique et synthétique. Cela rend la lecture rapide et simple, évitant le jargon des termes scientifiques mais, parfois, passant un peu rapidement sur des notions importantes. Le prix, 45€, non négligeable peut s’expliquer en partie par le nombre d’illustrations.

Le livre souhaite « retracer l’histoire subversive et chatoyante » du drag, comme l’indique la note de presse. Il se divise en quatre chapitres : « Drag before drag », « Le temps des paillettes », « Drag-tivistes » et « Freaks et créatures ». Les double pages sont organisées en général autour d’une page d’illustration, d’une demi page réservée au design du titre, et une demi page/un quart de page de texte. Cela rend ce dernier petit mais aéré, mais ça reste un choix audacieux en terme d’édition.

Nous commençons le récit historique sur le Grèce antique, les kabukis et le vaudeville notamment. Un passage rapide qui donne des bases pour comprendre l’évolution de la pratique du travestissement, du proto-drag au drag.

« Le temps des paillettes » revient sur le glamour, les cabarets et revues mais aussi sur le voguing. J’ai beaucoup apprécié cette dernière sous-partie. L’autrice revient sur le cas complexe de La Cage aux Folles qui reste et restera une pièce problématique pour plus d’une chose et dont les conséquences sont encore à étudier.

« Drag-tivistes » nous replonge dans les années où l’homosexualité était encore pénalisé et où les droits des personnes LGBTI devaient être arrachés au pouvoir capitaliste et hétérosexuel. Pause obligatoire sur les émeutes de Stonewall sans oublier d’autres émeutes qui ont marqué l’histoire queer comme la descente au Black Cat ou à la Compton’s Cafeteria. Apolline Bazin consacre une sous-partie nécessaire à la lutte contre le VIH-sida et aux Sœurs de la Perpétuelle Indulgence.

Enfin, dans « Freaks et créatures » on retrouve la grande référence de Leigh Bowery qui surplombe cette catégorie comme il surplombait ses soirées. Côté français, l’autrice met en lumière Tiggy Thorn, fabuleux artiste drag qui construit son image notamment avec des retouches 3D de Hakim Akbaba. Le club kid et le tranimal termine l’ouvrage avec toute la bizarrerie à laquelle on s’attend.

On apprécie grandement les interviews d’artistes et la possibilité de les entendre directement parler de leur pratique. De même, la place laissée à l’image est très importante, peut-être parfois trop, le texte pouvant souffrir d’un manque de place.

Je regrette peut être que le king soit contenu dans une partie, cela donne l’impression qu’il est absent du reste de l’ouvrage et de l’histoire du drag, comme s’ils étaient toujours un petit peu à côté de ce qui se passe. Cependant, ils bénéficient de plusieurs interviews intéressantes donnant des clefs de compréhension essentielles sur leur pratique et leur démarche (Yax Ferri Venti, Jay des Adelphes, George). La présence de stars de Drag Race comme Soa de Muse qui signe la préface, Mami Watta, Rose et Punani, La Kahena, Lolita Banana ou encore Cheddar Gorgeous en fait un livre apprécié par les fans du concours télévisé.

Côté références on note que la partie « articles » est aussi longue que la partie « ouvrages », donnant des textes facilement accessibles mais manquant de profondeur (le format l’en empêchant). Il manque peut-être quelques noms comme Butler, Détrez, de Lauretis, mais ceux qui sont cités sont globalement plus thématiques et moins théoriques. Je regrette que des auteurs et autrices soient cité-es dans le texte mais sans être présent-es dans la bibliographie, cela donne une vue tronquée sur les références de l’autrice. Toutefois, cela donnera de quoi lire à celles et ceux qui voudront se forger une culture sur le drag et le travestissement.

Un peu de frustration, sûrement liée au fait que ce soit une partie mon sujet de recherche doctorale, et un regret, celui que les photographies ne soient pas toujours crédité-es en légende mais seulement à la fin de l’ouvrage.

Cependant, c’est un livre parfait pour le grand public, pour un lectorat qui souhaite un ouvrage qui va à l’essentiel dans une écriture fluide et agréable. Drag, un art queer qui agite le monde est aussi un beau livre à exposer dans sa bibliothèque grâce à son design travaillé et aux couleurs puissantes de sa couverture.

Périphéries queer : la théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ?

Compte-rendu de l’intervention d’Antoine Alario du 2 juin 2022 lors de la journée d’étude organisée par Sorbonne Université « Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries. Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres »

Continuer la lecture de « Périphéries queer : la théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ? »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2 »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2 »

Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah

Magnus Hirschfeld, sexologue et fondateur du Comité scientifique humanitaire. 
Lotte Hahm, directrice de plusieurs clubs lesbiens à Berlin comme le Violetta. 
Egon Wüst, danseur et chorégraphe, envoyé à Dachau. 
Selma Engler, fondatrice de la revue lesbienne Die BIF (Blätter Idealer Frauenfreundschaften) et directrice de clubs lesbiens. 
Sergej Nabokov, intellectuel, condamné plusieurs fois pour son homosexualité. 
Robert Oelbermann et Rudi Pallas, tous deux arrêtés pour homosexualité, ils fondent des actes de résistances avec des déportés homosexuels et politiques. 
Gertrude Sandmann, artiste peintre, simule son suicide pour échapper à la déportation et reprend son activité de peintre après la guerre. Elle fonde également le groupe L74 et publie le magazine lesbien UKZ
Erika et Klaus Mann, intellectuelles et artistes, résistantes, fuient aux Etats-Unis. 
Walter Richter, berlinois qui aime se travestir, est dénoncé et condamné. 
Joseph Regisser, commerçant à Strasbourg, condamné pour homosexualité. 
Martha Mosse, juive et lesbienne, elle est la première femme commissaire de police de Prusse en 1926. En 1943 elle est déportée mais bénéficie d’un statut privilégié et retrouve sa compagne Erna Stock en 1945. 
Chawa Zloczower alias Eva Adams alias Eva Kotchever, est une polonaise, émigrée aux Etats-Unis, elle ouvre son café-salon littéraire et publie Lesbian Love, qui lui vaudra sa condamnation et son expulsion en Pologne en 1927. Échappant à son destin, elle se réfugie à Paris, mais est arrêtée en 1943 et déportée à Auschwitz, où elle est assassinée. 
Josef Kohout, rescapé grâce à sa relation intime avec un kapo. 
Rudolf Brazda, ancien « triangle rose », il est relâché et témoigne de son vécu pendant les persécutions du régime nazi. 
Claude Cahun, artiste et résistante iel est condamné·e avec sa compagne Marcel Moore et libéré·es en 1945. Roger Stéphane résistant, il devient journaliste et co-fonde L’Observateur en 1950.

Eva-Chawa Zloczover et Hella Ollstein

Voici une énumération de personnes, avec de brefs éléments biographiques. Ces personnes sont des homosexuels, lesbiennes, queers, de l’entre-deux-guerres. Dans son exposition Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie, Florence Tamagne, historienne spécialiste de l’histoire culturelle, du genre et de l’homosexualité et ses représentations, ainsi que maitresse de conférence à l’Université de Lille, nous invite à découvrir la vie, mais surtout à réintégrer la place, des homosexuels et lesbiennes, lors de l’Europe Nazie.

Continuer la lecture de « Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search