Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2 »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2 »

Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah

Magnus Hirschfeld, sexologue et fondateur du Comité scientifique humanitaire. 
Lotte Hahm, directrice de plusieurs clubs lesbiens à Berlin comme le Violetta. 
Egon Wüst, danseur et chorégraphe, envoyé à Dachau. 
Selma Engler, fondatrice de la revue lesbienne Die BIF (Blätter Idealer Frauenfreundschaften) et directrice de clubs lesbiens. 
Sergej Nabokov, intellectuel, condamné plusieurs fois pour son homosexualité. 
Robert Oelbermann et Rudi Pallas, tous deux arrêtés pour homosexualité, ils fondent des actes de résistances avec des déportés homosexuels et politiques. 
Gertrude Sandmann, artiste peintre, simule son suicide pour échapper à la déportation et reprend son activité de peintre après la guerre. Elle fonde également le groupe L74 et publie le magazine lesbien UKZ
Erika et Klaus Mann, intellectuelles et artistes, résistantes, fuient aux Etats-Unis. 
Walter Richter, berlinois qui aime se travestir, est dénoncé et condamné. 
Joseph Regisser, commerçant à Strasbourg, condamné pour homosexualité. 
Martha Mosse, juive et lesbienne, elle est la première femme commissaire de police de Prusse en 1926. En 1943 elle est déportée mais bénéficie d’un statut privilégié et retrouve sa compagne Erna Stock en 1945. 
Chawa Zloczower alias Eva Adams alias Eva Kotchever, est une polonaise, émigrée aux Etats-Unis, elle ouvre son café-salon littéraire et publie Lesbian Love, qui lui vaudra sa condamnation et son expulsion en Pologne en 1927. Échappant à son destin, elle se réfugie à Paris, mais est arrêtée en 1943 et déportée à Auschwitz, où elle est assassinée. 
Josef Kohout, rescapé grâce à sa relation intime avec un kapo. 
Rudolf Brazda, ancien « triangle rose », il est relâché et témoigne de son vécu pendant les persécutions du régime nazi. 
Claude Cahun, artiste et résistante iel est condamné·e avec sa compagne Marcel Moore et libéré·es en 1945. Roger Stéphane résistant, il devient journaliste et co-fonde L’Observateur en 1950.

Eva-Chawa Zloczover et Hella Ollstein

Voici une énumération de personnes, avec de brefs éléments biographiques. Ces personnes sont des homosexuels, lesbiennes, queers, de l’entre-deux-guerres. Dans son exposition Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie, Florence Tamagne, historienne spécialiste de l’histoire culturelle, du genre et de l’homosexualité et ses représentations, ainsi que maitresse de conférence à l’Université de Lille, nous invite à découvrir la vie, mais surtout à réintégrer la place, des homosexuels et lesbiennes, lors de l’Europe Nazie.

Continuer la lecture de « Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah »

Assembler son intimité. Marina Abramović (1946-). Rebecca Horn (1944-).

« L’intimité semble tracer une sphère enchantée, qui serait celle du sujet avec ses affects, ses pensées, son discours intérieur ; mais en réalité, c’est un jeu de miroirs, de dédoublement et de complicité avec soi-même et avec quelqu’un ou quelque chose d’autre »

Jean Baudrillard

L’intime, quand il est employé par des artistes dans le cadre plastique, littéraire, filmographique, a ce pouvoir de toucher universellement, car il dégage un paradoxe entre le privé et le public, l’intérieur et l’extérieur, mais aussi avec l’implication de l’artiste qui formule une distance1. Or, qu’est ce qui relève de l’intime ? Vous pouvez penser à la sexualité, aux identités, aux origines, aux désirs, à la famille, aux corps, à un lieu en particulier, aux goûts… Mais il faut remettre en cause que l’intime se développe en fonction de notre perception, de notre société, de notre éducation. Depuis les années 60, l’intime voit son essor dans l’art, notamment avec les expositions, qui cherche à revendiquer quelque chose. L’intime se voit utiliser comme vecteur d’une lutte face aux normes sociales.

Urs Lüthi, Tell Me Who Stole Your Smile n°1, 1974. Jacques Damez, La 25ème heure : l’autoportrait inaccessible, 1990. Vue de l’exposition Entre intime et autoportrait [Un temps dilaté], du 19 septembre au 15 novembre 2015. Crédits photographiques : Lioner Fourneaux, Courtesy Galerie La Réverbère et Collection IAC, Rhône-Alpes.
Continuer la lecture de « Assembler son intimité. Marina Abramović (1946-). Rebecca Horn (1944-). »
  1. ROUILLE André, La photographie, Entre document et art contemporain, Gallimard, coll. Folio essai, 2005. pp.564-579 []

Focus sur Martha Wilson au Centre Pompidou : une exposition accessible ?

Du 20 octobre 2021 au 21 janvier 2022, les visiteur-ses du Musée National d’Art Moderne au Centre Pompidou ont pu voir une petite exposition consacrée à l’artiste Martha Wilson au niveau 5. Mme Marcella Lista en a été la commissaire, assistée de Mme Anaïs Brives ; Mme Élise Blin a été chargée de production et, enfin, Mme Jasmin Oezcebi a scénographié l’espace. Un espace peu facile à travailler en raison de sa taille – mais nous reviendrons sur les difficultés spatiales un peu plus tard.

Martha Wilson, Male Impersonator (Butch), 1973. Photographie de B.-A. Delattre dans l’exposition.

Nous, auteur-trices de cet article, connaissions mal Martha Wilson et son œuvre ; nous l’avions découverte dans L’art du féminisme de Lucinda Gosling et Hilary Robinson, où deux pages lui étaient dédiées1. C’est donc en tant que néophytes que nous sommes venu-es à cette exposition. Nous en sommes ressorti-es avec les mêmes questionnements concernant l’accessibilité d’une telle exposition. Cet article se propose de revenir sur les conditions d’accessibilité et les dispositifs de médiation. Nous ne traiterons pas de l’œuvre de Martha Wilson, mais nous ne pouvons que vivement vous encourager à la découvrir, en commençant avec la lecture de cet article qui revient sur les œuvres présentées au Centre Pompidou.

Continuer la lecture de « Focus sur Martha Wilson au Centre Pompidou : une exposition accessible ? »
  1. Lucinda Gosling et Hilary Robinson, L’art du féminisme – Les images qui ont façonné le combat pour l’égalité, 1857-2017, traduit de l’anglais par Caroline de Hugo, Hugo Image, 2019, 208-209. []

QUEER : entre esthétique et politique. Introduction à une exposition à venir

« QUEER : entre esthétique et politique » est une exposition qui prend la suite de deux autres intitulées « We are here, We are queer » montées en 2019 et 2020 sur l’université de Pau et des pays de l’Adour. Je les ai organisées avec l’aide d’ami-es, et pour la dernière je serai accompagnée de 8 stagiaires. Cette édition est programmée pour le mois de mars 2022, sur le campus palois, dans une cité universitaire mais aussi dans la médiathèque André Labarrère, située au centre-ville de Pau.

Vajinette par La Méandre
Continuer la lecture de « QUEER : entre esthétique et politique. Introduction à une exposition à venir »

Compte-rendu de la table-ronde “Pour une histoire de l’art queer”

Pour la première édition de « Rotondes », Congrès des jeunes chercheurs en histoire de l’art et archéologie, qui a eu lieu les 21 et 22 octobre 2021 dernier à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) à Paris, nos membres fondateur·ice·s Marion Cazaux (Université de Pau et des Pays de l’Adour) et Quentin Petit Dit Duhal (Université Paris Nanterre) ont animé une table-ronde intitulée Pour une histoire de l’art queer.

Continuer la lecture de « Compte-rendu de la table-ronde “Pour une histoire de l’art queer” »

“I wanna be a man, a mancub…” – Du Male Impersonator au Drag King: une pratique de “père” en “fils”? – 1/2

“I’ve reached the top and had to stop
And that’s what botherin’ me
I wanna be a man, mancub
And stroll right into town
And be just like the other men
I’m tired of monkeyin’ around!”

Louis Prima et Phis Harris, I Wan’na Be Like You (The Monkey Song), (3’51), Album: The Jungle Book, Walt Disney, 1967.

Plusieurs évènements parsèment l’histoire du travestissement. Une histoire vaste et complexe s’inscrivant en dehors du “régime politique de l’hétérosexualité1” selon la fameuse expression de Monique Wittig. C’est à travers cette idée que nous étudierons la figure du king comme étant la manifestation d’une opposition cisnormative dont les prémisces remontent au travestissement théâtral tragi-comique pour finalement s’épanouir dans les performances drag.

Continuer la lecture de « “I wanna be a man, a mancub…” – Du Male Impersonator au Drag King: une pratique de “père” en “fils”? – 1/2 »
  1. WITTIG Monique, La Pensée Straight, Paris : Editions Amsterdam, 2018. []

Deux artistes lesbiennes à la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet (1909-1917)

Ethel Mars & Maud Hunt Squire, créer et vendre en couple : le cas de la collection d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

1898, Department of Image Collections, National Gallery of Art Library, Washington, DC

S’il y a vingt-et-une femmes artistes présentes dans les collections d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie formées par Jacques Doucet et ses collaborateur-ices, ce sont les deux artistes américaines Ethel Mars (1876-1959) et Maud Hunt Squire (1873-1954) qui nous intéressent dans ce billet.

Continuer la lecture de « Deux artistes lesbiennes à la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet (1909-1917) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search