Sauveurs et bourreaux : de la victimisation des artistes femmes dans les discours actuels, l’exemple d’Artemisia Gentileschi.

Fig. 1 : Artemisia Gentileschi, Autoportrait, c. 1637, huile sur toile,
98 x 74,5 cm, Palais Barberini, Galerie Nationale d’art antique, Rome.

Le 23 avril 2023, à l’INHA, se tenait l’intervention de Coraline Refort “Alice Guy au prisme du genre : enjeux, difficultés, méthodologies”1. Lors de cette séance j’ai reconnu plusieurs processus et méthodes appliquées à Alice Guy comme à l’artiste renaissante Artemisia Gentileschi. Parmi eux se retrouvent la volonté de faire sortir des artistes femmes de l’oubli (relatif bien souvent) et de leur rendre justice en les remettant sur le devant de la scène, en légitimant leurs pratiques et en affinant leurs attributions afin de constituer une fiche et un corpus digne de figurer dans le canon de leurs disciplines respectives.

Cependant cette mise en valeur se fait au moyen d’un discours difficilement neutre qui oscille bien souvent entre sexualisation, sensationnalisme et fantasme. De fait, les artistes femmes sont souvent présentées comme des victimes : de l’oubli, des archives, d’un ou plusieurs hommes de leur vie, des torts à redresser par les travaux de recherche, les expositions, les œuvres actuelles. Néanmoins, les différents discours, par les choix de leurs auteurs et autrices, tendent à accentuer certains aspects, certains thèmes dans les trajectoires d’artistes qui, en plus de participer à une narration sur leur sujet, perpétue des réflexes de prise de point de vue hors des bornes de l’histoire de l’art, dans la société occidentale en général.

Continuer la lecture de « Sauveurs et bourreaux : de la victimisation des artistes femmes dans les discours actuels, l’exemple d’Artemisia Gentileschi. »
  1. L’intervention n’étant malheureusement pas en ligne, Coraline Refort partage toutefois quelques-unes de ses travaux sur le sujet dans sa présentation pour l’ARQ : “Les débuts d’Alic Guy au cinéma, la restauration d’une histoire (1896-1907)”, publié le 13 février 2023. En ligne : https://arqueer.hypotheses.org/1825 []

Périphéries queer : la théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ?

Compte-rendu de l’intervention d’Antoine Alario du 2 juin 2022 lors de la journée d’étude organisée par Sorbonne Université « Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries. Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres »

Continuer la lecture de « Périphéries queer : la théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ? »

“I wanna be a man, a mancub…” – Du Male Impersonator au Drag King: une pratique de “père” en “fils”? – 1/2

“I’ve reached the top and had to stop
And that’s what botherin’ me
I wanna be a man, mancub
And stroll right into town
And be just like the other men
I’m tired of monkeyin’ around!”

Louis Prima et Phis Harris, I Wan’na Be Like You (The Monkey Song), (3’51), Album: The Jungle Book, Walt Disney, 1967.

Plusieurs évènements parsèment l’histoire du travestissement. Une histoire vaste et complexe s’inscrivant en dehors du “régime politique de l’hétérosexualité1” selon la fameuse expression de Monique Wittig. C’est à travers cette idée que nous étudierons la figure du king comme étant la manifestation d’une opposition cisnormative dont les prémisces remontent au travestissement théâtral tragi-comique pour finalement s’épanouir dans les performances drag.

Continuer la lecture de « “I wanna be a man, a mancub…” – Du Male Impersonator au Drag King: une pratique de “père” en “fils”? – 1/2 »
  1. WITTIG Monique, La Pensée Straight, Paris : Editions Amsterdam, 2018. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search