Que penser de “Drag” d’Apolline Bazin ?

L’ouvrage d’Apolline Bazin se présente sous la forme un grand format de 224 pages, avec une couverture aux jeux de brillances très esthétiques. L’autrice, co-fondatice du média Manifesto XXI, assure une écriture journalistique et synthétique. Cela rend la lecture rapide et simple, évitant le jargon des termes scientifiques mais, parfois, passant un peu rapidement sur des notions importantes. Le prix, 45€, non négligeable peut s’expliquer en partie par le nombre d’illustrations.

Le livre souhaite « retracer l’histoire subversive et chatoyante » du drag, comme l’indique la note de presse. Il se divise en quatre chapitres : « Drag before drag », « Le temps des paillettes », « Drag-tivistes » et « Freaks et créatures ». Les double pages sont organisées en général autour d’une page d’illustration, d’une demi page réservée au design du titre, et une demi page/un quart de page de texte. Cela rend ce dernier petit mais aéré, mais ça reste un choix audacieux en terme d’édition.

Nous commençons le récit historique sur le Grèce antique, les kabukis et le vaudeville notamment. Un passage rapide qui donne des bases pour comprendre l’évolution de la pratique du travestissement, du proto-drag au drag.

« Le temps des paillettes » revient sur le glamour, les cabarets et revues mais aussi sur le voguing. J’ai beaucoup apprécié cette dernière sous-partie. L’autrice revient sur le cas complexe de La Cage aux Folles qui reste et restera une pièce problématique pour plus d’une chose et dont les conséquences sont encore à étudier.

« Drag-tivistes » nous replonge dans les années où l’homosexualité était encore pénalisé et où les droits des personnes LGBTI devaient être arrachés au pouvoir capitaliste et hétérosexuel. Pause obligatoire sur les émeutes de Stonewall sans oublier d’autres émeutes qui ont marqué l’histoire queer comme la descente au Black Cat ou à la Compton’s Cafeteria. Apolline Bazin consacre une sous-partie nécessaire à la lutte contre le VIH-sida et aux Sœurs de la Perpétuelle Indulgence.

Enfin, dans « Freaks et créatures » on retrouve la grande référence de Leigh Bowery qui surplombe cette catégorie comme il surplombait ses soirées. Côté français, l’autrice met en lumière Tiggy Thorn, fabuleux artiste drag qui construit son image notamment avec des retouches 3D de Hakim Akbaba. Le club kid et le tranimal termine l’ouvrage avec toute la bizarrerie à laquelle on s’attend.

On apprécie grandement les interviews d’artistes et la possibilité de les entendre directement parler de leur pratique. De même, la place laissée à l’image est très importante, peut-être parfois trop, le texte pouvant souffrir d’un manque de place.

Je regrette peut être que le king soit contenu dans une partie, cela donne l’impression qu’il est absent du reste de l’ouvrage et de l’histoire du drag, comme s’ils étaient toujours un petit peu à côté de ce qui se passe. Cependant, ils bénéficient de plusieurs interviews intéressantes donnant des clefs de compréhension essentielles sur leur pratique et leur démarche (Yax Ferri Venti, Jay des Adelphes, George). La présence de stars de Drag Race comme Soa de Muse qui signe la préface, Mami Watta, Rose et Punani, La Kahena, Lolita Banana ou encore Cheddar Gorgeous en fait un livre apprécié par les fans du concours télévisé.

Côté références on note que la partie « articles » est aussi longue que la partie « ouvrages », donnant des textes facilement accessibles mais manquant de profondeur (le format l’en empêchant). Il manque peut-être quelques noms comme Butler, Détrez, de Lauretis, mais ceux qui sont cités sont globalement plus thématiques et moins théoriques. Je regrette que des auteurs et autrices soient cité-es dans le texte mais sans être présent-es dans la bibliographie, cela donne une vue tronquée sur les références de l’autrice. Toutefois, cela donnera de quoi lire à celles et ceux qui voudront se forger une culture sur le drag et le travestissement.

Un peu de frustration, sûrement liée au fait que ce soit une partie mon sujet de recherche doctorale, et un regret, celui que les photographies ne soient pas toujours crédité-es en légende mais seulement à la fin de l’ouvrage.

Cependant, c’est un livre parfait pour le grand public, pour un lectorat qui souhaite un ouvrage qui va à l’essentiel dans une écriture fluide et agréable. Drag, un art queer qui agite le monde est aussi un beau livre à exposer dans sa bibliothèque grâce à son design travaillé et aux couleurs puissantes de sa couverture.

“Visualizing Women”, premier essai féministe à destination des étudiant·es en histoire de l’art médiéval intéressé·es par les études de genres ?

Compte rendu du livre de Madeline H. Caviness, Visualizing Women in the Middle Ages: Sight, Spectacle, and Scopic Economy, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2001. 248 pages. ISBN-13: 0-8122-3599-1. Illustrations : 80 noir et blanc. Dimensions : 26 x 18 cm. Prix : 55$.

Les études de genres appliquées à l’histoire de l’art connaissent un regain d’intérêt ces dernières années. Dans le champ des études médiévales, le croisement de ces disciplines est majoritairement représenté par les Etats-Unis depuis les années 1970, avec une intensification notable dans les années 1980 et 19901. Dans les études dites féministes, la production artistique de cette période n’y est plus analysée à travers l’évolution de données purement stylistiques ou formelles, mais selon leurs contextes sociaux et historiques et où le rôle joué par le genre féminin est déterminant, à la fois dans la production artistique mais aussi dans la perception de ce genre.

L’essai de Madeline Harrison Caviness (1938-), autrice anglo-américaine est professeure émérite à l’Université Tufts de Somerville (Massachusetts), paru en 2001, s’inscrit dans la continuité des ces études basées sur les théories féministes de l’art2. Dans un premier temps spécialiste de l’art du vitrail3, elle est surtout connue comme une pionnière de ce que l’on a qualifié gender studies appliquées à l’époque médiévale depuis le début des années 19904. L’ouvrage marque une étape décisive dans la carrière de l’autrice.

Continuer la lecture de « “Visualizing Women”, premier essai féministe à destination des étudiant·es en histoire de l’art médiéval intéressé·es par les études de genres ? »
  1. Nous pouvons citer à titre d’exemples les travaux suivants, pour les plus généraux : Barbara Ehrlich White, « A 1974 Perspective : Why Women’s Studies in Art and Art History? », Art Journal, Vol. 35, No. 4, 1976, pp. 340-344 ; Norma Broude, Mary Garrard, Feminism and Art History: Questioning the Litany, New York, Harper & Row, 1982 ; et plus particulièrement Liz James (ed.), Women, Men and Eunuchs : Gender in Byzantium, Londres et New York, Routledge, 1997 ; Medieval Feminist Forum: Journal of the Society of Medieval Feminist Scholarship., 1986 ; Nancy F. Partner (ed.), Studying Medieval Women: Sex, Gender, Feminism. Cambridge, MA, Medieval Academy of America, 1993. ; Jane M. Taylor, Lesley Smith (ed.), Women and the Book: Assessing the Visual Evidence, Toronto, University of Toronto Press, 1996. []
  2. Linda Nochlin, « Why Are There No Great Women Artists », Vivan Gornick, Barbara Moran (ed.), Woman in Sexist Society : Studies in Power and Powerlessness, New York, Basic Books, 1971 ; Griselda Pollock, « The Politics of Theory : Generations and Geographies : Feminist Theory and the Histories of Art History », Genders, No. 17, 1993, pp. 97-120. []
  3. Madeline H. Caviness, « A Panel of Thirteenth-century Stained Glass from Canterbury in America », The Antiquaries Journal, Vol. 45, 1965, pp. 192-199 ; — et Louis Grodecki, « Les vitraux de la Sainte-Chapelle », Revue de l’Art, 1/2, 1968, pp. 9-16. ; — Stained Glass Windows, Turnhout, 1996. []
  4. Madeline H. Caviness, « (En)gendering marginalia in books for men and women », Art and Symbolism, Pre-printed papers. Medieval Europe, 1992, pp. 105-154 ; — « Gender Symbolism and Text Image Relationships : Hildegard of Bingen’s Scivias », dans Jeannette Mary Ayres (dir.), Translation Theory and Practice in the Middle Ages, Mich, Kalamazoo, 1997, pp. 71-111 ; — « Hildegard as designer of the illustrations to her works », dans Charles Burnett (dir.), Hildegard of Bingen : the context of her thought and art, Londres, 1998 ; — « The Razionalization of sight and the authority of visions ? A Feminist (Re)vision », Miscel.lània en homenatge Joan Ainaud de Lasarte, Biblioteca Abat Oliba. Serie illustrada Montserrat / 14, 1998, pp. 181-187. []

Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 2/2

Isabelle Alfonsi

À l’occasion du séminaire “Art contemporain (XXe-XXIe siècle) : politique d’écriture” de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne différents textes considérés comme fondateurs des études de genre ont été étudiés et parmi eux Pour une esthétique de l’émancipation d’Isabelle Alfonsi que nous avons étudié à deux et dont je vous présente aujourd’hui mes réflexions.

En raison de la longueur de la réflexion, l’article a été scindé en deux parties ; vous pouvez retrouver la première partie ici.

Continuer la lecture de « Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 2/2 »

Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 1/2

Isabelle Alfonsi, Pour une esthétique de l’émancipation, Éditions B42, 2019.

À l’occasion du séminaire “Art contemporain (XXe-XXIe siècle) : politique d’écriture” de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne différents textes considérés comme fondateurs des études de genre ont été étudiés et parmi eux Pour une esthétique de l’émancipation d’Isabelle Alfonsi que nous avons étudié à deux et dont je vous présente aujourd’hui mes réflexions.

En raison de la longueur de la réflexion, l’article a été scindé en deux parties. Vous pouvez retrouver un lien vers la seconde partie à la fin de celui-ci.

Continuer la lecture de « Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 1/2 »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2 »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2 »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search