Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah

Magnus Hirschfeld, sexologue et fondateur du Comité scientifique humanitaire. 
Lotte Hahm, directrice de plusieurs clubs lesbiens à Berlin comme le Violetta. 
Egon Wüst, danseur et chorégraphe, envoyé à Dachau. 
Selma Engler, fondatrice de la revue lesbienne Die BIF (Blätter Idealer Frauenfreundschaften) et directrice de clubs lesbiens. 
Sergej Nabokov, intellectuel, condamné plusieurs fois pour son homosexualité. 
Robert Oelbermann et Rudi Pallas, tous deux arrêtés pour homosexualité, ils fondent des actes de résistances avec des déportés homosexuels et politiques. 
Gertrude Sandmann, artiste peintre, simule son suicide pour échapper à la déportation et reprend son activité de peintre après la guerre. Elle fonde également le groupe L74 et publie le magazine lesbien UKZ
Erika et Klaus Mann, intellectuelles et artistes, résistantes, fuient aux Etats-Unis. 
Walter Richter, berlinois qui aime se travestir, est dénoncé et condamné. 
Joseph Regisser, commerçant à Strasbourg, condamné pour homosexualité. 
Martha Mosse, juive et lesbienne, elle est la première femme commissaire de police de Prusse en 1926. En 1943 elle est déportée mais bénéficie d’un statut privilégié et retrouve sa compagne Erna Stock en 1945. 
Chawa Zloczower alias Eva Adams alias Eva Kotchever, est une polonaise, émigrée aux Etats-Unis, elle ouvre son café-salon littéraire et publie Lesbian Love, qui lui vaudra sa condamnation et son expulsion en Pologne en 1927. Échappant à son destin, elle se réfugie à Paris, mais est arrêtée en 1943 et déportée à Auschwitz, où elle est assassinée. 
Josef Kohout, rescapé grâce à sa relation intime avec un kapo. 
Rudolf Brazda, ancien « triangle rose », il est relâché et témoigne de son vécu pendant les persécutions du régime nazi. 
Claude Cahun, artiste et résistante iel est condamné·e avec sa compagne Marcel Moore et libéré·es en 1945. Roger Stéphane résistant, il devient journaliste et co-fonde L’Observateur en 1950.

Eva-Chawa Zloczover et Hella Ollstein

Voici une énumération de personnes, avec de brefs éléments biographiques. Ces personnes sont des homosexuels, lesbiennes, queers, de l’entre-deux-guerres. Dans son exposition Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie, Florence Tamagne, historienne spécialiste de l’histoire culturelle, du genre et de l’homosexualité et ses représentations, ainsi que maitresse de conférence à l’Université de Lille, nous invite à découvrir la vie, mais surtout à réintégrer la place, des homosexuels et lesbiennes, lors de l’Europe Nazie.

Continuer la lecture de « Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah »

Focus sur Martha Wilson au Centre Pompidou : une exposition accessible ?

Du 20 octobre 2021 au 21 janvier 2022, les visiteur-ses du Musée National d’Art Moderne au Centre Pompidou ont pu voir une petite exposition consacrée à l’artiste Martha Wilson au niveau 5. Mme Marcella Lista en a été la commissaire, assistée de Mme Anaïs Brives ; Mme Élise Blin a été chargée de production et, enfin, Mme Jasmin Oezcebi a scénographié l’espace. Un espace peu facile à travailler en raison de sa taille – mais nous reviendrons sur les difficultés spatiales un peu plus tard.

Martha Wilson, Male Impersonator (Butch), 1973. Photographie de B.-A. Delattre dans l’exposition.

Nous, auteur-trices de cet article, connaissions mal Martha Wilson et son œuvre ; nous l’avions découverte dans L’art du féminisme de Lucinda Gosling et Hilary Robinson, où deux pages lui étaient dédiées1. C’est donc en tant que néophytes que nous sommes venu-es à cette exposition. Nous en sommes ressorti-es avec les mêmes questionnements concernant l’accessibilité d’une telle exposition. Cet article se propose de revenir sur les conditions d’accessibilité et les dispositifs de médiation. Nous ne traiterons pas de l’œuvre de Martha Wilson, mais nous ne pouvons que vivement vous encourager à la découvrir, en commençant avec la lecture de cet article qui revient sur les œuvres présentées au Centre Pompidou.

Continuer la lecture de « Focus sur Martha Wilson au Centre Pompidou : une exposition accessible ? »
  1. Lucinda Gosling et Hilary Robinson, L’art du féminisme – Les images qui ont façonné le combat pour l’égalité, 1857-2017, traduit de l’anglais par Caroline de Hugo, Hugo Image, 2019, 208-209. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search