Assembler son intimité. Marina Abramović (1946-). Rebecca Horn (1944-).

« L’intimité semble tracer une sphère enchantée, qui serait celle du sujet avec ses affects, ses pensées, son discours intérieur ; mais en réalité, c’est un jeu de miroirs, de dédoublement et de complicité avec soi-même et avec quelqu’un ou quelque chose d’autre »

Jean Baudrillard

L’intime, quand il est employé par des artistes dans le cadre plastique, littéraire, filmographique, a ce pouvoir de toucher universellement, car il dégage un paradoxe entre le privé et le public, l’intérieur et l’extérieur, mais aussi avec l’implication de l’artiste qui formule une distance1. Or, qu’est ce qui relève de l’intime ? Vous pouvez penser à la sexualité, aux identités, aux origines, aux désirs, à la famille, aux corps, à un lieu en particulier, aux goûts… Mais il faut remettre en cause que l’intime se développe en fonction de notre perception, de notre société, de notre éducation. Depuis les années 60, l’intime voit son essor dans l’art, notamment avec les expositions, qui cherche à revendiquer quelque chose. L’intime se voit utiliser comme vecteur d’une lutte face aux normes sociales.

Urs Lüthi, Tell Me Who Stole Your Smile n°1, 1974. Jacques Damez, La 25ème heure : l’autoportrait inaccessible, 1990. Vue de l’exposition Entre intime et autoportrait [Un temps dilaté], du 19 septembre au 15 novembre 2015. Crédits photographiques : Lioner Fourneaux, Courtesy Galerie La Réverbère et Collection IAC, Rhône-Alpes.
Continuer la lecture de « Assembler son intimité. Marina Abramović (1946-). Rebecca Horn (1944-). »
  1. ROUILLE André, La photographie, Entre document et art contemporain, Gallimard, coll. Folio essai, 2005. pp.564-579 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search