Editorial de rentrée

La rentrée est à peine arrivée que la météo d’automne est là – ciel gris, petite brise, la température a chuté, à la fois un soulagement après ces quelques semaines de canicule et un rappel amer qu’il faut se remettre au travail. Pour certain-es, cela veut dire prendre des décisions importantes pour la suite : tel est le cas de Quentin Petit Dit Duhal, l’un des co-fondateurs du Collectif ARQ, qui nous a quitté pour poursuivre ses travaux. Nous le remercions pour ses initiatives, pour le lancement du collectif et pour le chemin qu’il nous permet de prendre aujourd’hui – et nous lui souhaitons tout le meilleur pour la suite.

“Se remettre au travail” : d’autres ne se sont pas arrêtés, n’ayant pas eu ce luxe. L’une de ces personnes est Mharion Cazaux, co-fondatrice de l’ARQ. Cet été, Mharion a réalisé cinq reels sur Instragram, 90 secondes de culture. Dans l’ordre, elle nous parle du prix unique du livre, du 1% artistique, de l’argent et des musées (les musées sont-ils trop chers ? d’où viennent leurs financements ? démocratisation et financements privés peuvent-ils s’accorder? quels musées proposent des gratuités et comment ?). Cinq courtes vidéos, quatre-vingt-dix secondes seulement, pour comprendre un petit mieux le fonctionnement de la culture en France.

Continuer la lecture de « Editorial de rentrée »

Des femmes et des archives : “Parisiennes citoyennes !” et “Femmes photographes de guerre”

« Faut-il (encore) des expositions 100% “artistes femmes”1 ? » ue nous le voulions où non, plusieurs expositions « artistes femmes » ont été montrées en 2022, quelques-unes collectives (comme Pionnières : artistes dans le Paris des années folles au Musée du Luxembourg), beaucoup monographiques (pour n’en citer que deux : Alice Neel : un regard engagé au Centre Pompidou, Toyen : l’écart absolu au Musée d’art moderne de la ville de Paris)2. Quoiqu’on pense de la multitude des expositions sur les (artistes) femmes, on ne peut nier qu’elles ont une certaine importance : elles participent à la constitution d’un matrimoine3.

Dans cet article, nous proposons de nous pencher sur deux expositions en particulier : Parisiennes citoyennes ! et Femmes photographes de guerre, respectivement au Musée Carnavalet et au Musée de la Libération Leclerc Moulin. Toutes les deux sont des expositions collectives : la première présente un nombre incomptable de « figures incontournables, d’Olympe de Gouges à Gisèle Halimi4 », l’autre un nombre plus abordable de huit noms (qui sont : Lee Miller, Gerda Taro, Catherine Leroy, Christine Spengler, Françoise Demulder, Susan Meiselas, Carolyn Cole et Anja Niedringhaus). Ces deux expositions sortent aussi du lot par ce qu’elles proposent. En effet, ce ne sont pas des expositions d’art. La première propose « une synthèse inédite sur l’histoire et la mémoire des luttes pour l’émancipation des femmes en se concentrant sur l’histoire des féminismes à Paris5. » La seconde s’intéresse plus largement, par l’exemple de ces huit photographes, de leurs carrières et de leurs photographies, au travail de la photographe de guerre. Ces deux expositions présentent des images que l’on peut qualifier d’œuvres d’art. Dans Parisiennes citoyennes !, « [p]eintures, sculptures, photographies, films » côtoient « archives, affiches, manuscrits et autres objets militants voire insolites »6 ; dans Femmes photographes de guerre, les photographies ne nous sont pas présentées comme des œuvres d’art, mais comme des documents, recontextualisés soit par les textes des cartels, soit par la confrontation avec la presse de l’époque.

Continuer la lecture de « Des femmes et des archives : “Parisiennes citoyennes !” et “Femmes photographes de guerre” »
  1. Question posée à la conférence du même nom organisée par SITEM le 30 juin 2022 ; avec les interventions d’Eva Belgherbi, Julie Botte, Raphaël Martin Pigalle, Linda Hinners et Nathalie Ernoult, et Marine Vazzoler à la modération. La conférence est disponible en ligne : https://www.sitem.fr/conferences/expositions-femmes-artistes/ []
  2. L’auteur de l’article aimerait s’excuser des exemples exclusivement parisiens donnés. Vivant lui-même à Paris, il lui est difficile de se tenir au courant et de se souvenir des expositions organisées ailleurs, encore plus de s’y déplacer et de les voir. []
  3. « Le Matrimoine est constitué de la mémoire des créatrices du passé et de la transmission de leurs œuvres. L’égalité entre femmes et hommes nécessite une valorisation de l’héritage des femmes. » Définition donnée par HF Île-de-France. En ligne : https://www.lematrimoine.fr/ []
  4. « Communiqué de presse », du Dossier de presse de Parisiennes citoyennes !, Musée Carnavalet, 2022, p.4. En ligne : https://www.carnavalet.paris.fr/sites/default/files/2022-10/dp-parisiennescitoyennes.pdf []
  5. Idem. []
  6. Ibidem, p.5. []

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2 »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2 »

Focus sur Martha Wilson au Centre Pompidou : une exposition accessible ?

Du 20 octobre 2021 au 21 janvier 2022, les visiteur-ses du Musée National d’Art Moderne au Centre Pompidou ont pu voir une petite exposition consacrée à l’artiste Martha Wilson au niveau 5. Mme Marcella Lista en a été la commissaire, assistée de Mme Anaïs Brives ; Mme Élise Blin a été chargée de production et, enfin, Mme Jasmin Oezcebi a scénographié l’espace. Un espace peu facile à travailler en raison de sa taille – mais nous reviendrons sur les difficultés spatiales un peu plus tard.

Martha Wilson, Male Impersonator (Butch), 1973. Photographie de B.-A. Delattre dans l’exposition.

Nous, auteur-trices de cet article, connaissions mal Martha Wilson et son œuvre ; nous l’avions découverte dans L’art du féminisme de Lucinda Gosling et Hilary Robinson, où deux pages lui étaient dédiées1. C’est donc en tant que néophytes que nous sommes venu-es à cette exposition. Nous en sommes ressorti-es avec les mêmes questionnements concernant l’accessibilité d’une telle exposition. Cet article se propose de revenir sur les conditions d’accessibilité et les dispositifs de médiation. Nous ne traiterons pas de l’œuvre de Martha Wilson, mais nous ne pouvons que vivement vous encourager à la découvrir, en commençant avec la lecture de cet article qui revient sur les œuvres présentées au Centre Pompidou.

Continuer la lecture de « Focus sur Martha Wilson au Centre Pompidou : une exposition accessible ? »
  1. Lucinda Gosling et Hilary Robinson, L’art du féminisme – Les images qui ont façonné le combat pour l’égalité, 1857-2017, traduit de l’anglais par Caroline de Hugo, Hugo Image, 2019, 208-209. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search