Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Militantisme vs universitaire : à qui écrire ?

Photo de @berthe_chorizot : “J 3 spotted en tres belle compagnie à la librairie de la BnF Mitterand : “Écrire à l’encre violette””

À qui est destiné ce livre ? Rappelons, en quelques mots, qui en sont les auteurices : deux d’entre elleux (Aurore Turbiau et Manon Berthier) sont doctorantes, deux autres (Camille Islert et Alexandre Antolin) sont docteur-es, et le cinquième (Alex Lachkar) prépare une thèse de doctorat.

Je n’ai malheureusement pas eu l’opportunité de m’entretenir avec elleux au sujet des difficultés qu’iels ont pu rencontrer dans le milieu universitaire, notamment l’obtention de financements. Ce sont des problèmes que toustes chercheur-ses travaillant un sujet proche des études de genre ou des queer studies rencontrent, malheureusement. En effet, nos sujets sont souvent refusés, voire dénigrés, car « trop militants ». Les auteurices soulèvent ce problème dans leur introduction : « L’enjeu que représente le lesbianisme en littérature peine par ailleurs à être reconnu dans les milieux de la recherche littéraire. La défiance, vis-à-vis de travaux perçus comme subjectifs voire militants, participe du manque général de moyens matériels. Les fonds alloués à la construction ou à l’archivage de cette mémoire sont dérisoires1. » Iels donnent un peu plus loin l’exemple de Gaële Deschamps (« Fragments d’une mémoire lesbienne », 1989) à qui le directeur de recherche « conseille de changer de sujet au cas où [elle] voudrai[t s]e faire connaître dans le milieu universitaire2 ». Ou encore, celui de Catherine Écarnot, la première à soutenir une thèse sur Monique Wittig en 1999 et pour qui « aucune carrière universitaire ne paraît envisageable, à l’époque, après un doctorat engagé sur un tel sujet3. »

Étudier (ou même simplement s’intéresser à) la littérature lesbienne relève déjà du militantisme. Les travaux sur ces sujets (ici la littérature lesbienne, mais nous pouvons très bien penser aux nombreux-ses étudiant-es travaillant sur des artistes femmes, lesbiennes ou plus largement queer en histoire de l’art) sont délégitimisés. Ce n’est pas de la recherche, car la recherche doit être neutre et objective, alors que ces sujets sont engagés et subjectifs. Le problème que la recherche rencontre ici est similaire à celui que souligne Alice Coffin dans Le Génie lesbien : « Je suis devenue une bonne journaliste en devenant activiste », dit-elle, « [l]e militantisme est une excellente école du journalisme »4. Ne pourrait-on pas dire la même chose de nos cinq auteurices, sans parler des trois militantes qui ont apporté leur soutien à ceux jeunes chercheureuses ? Dans son livre, Coffin dénonce la « neutralité » exigée aussi bien dans le milieu journalistique qu’ailleurs :

« À l’université, en entreprise, dans les institutions, la République française estime que pour bien faire son travail, il faut être neutre. Ne pas afficher d’appartenance particulière. Étre lesbienne en est une. Étre noire en est une autre. On tolère que vous soyez lesbienne ou noire. À condition de ne pas le mettre en avant. C’est ce principe de “neutralité” qui sert de repoussoir5. »

La raison de ce livre n’est donc pas la recherche d’une reconnaissance universitaire. Les auteurices nous expliquent :

« Écrire à l’encre violette est le livre que nous aurions aimé avoir entre les mains plus tôt, pour comprendre les racines de nos propres histoires et émotions. Ou, plus simplement, pour lire autre chose. […] Nous aurions aimé pouvoir proposer cette lecture aux enseignant-es qui ne considéraient pas que la littérature lesbienne était susceptible de constituer un véritable sujet de réflexion littéraire, ou à celleux qui auraient souhaité pouvoir l’enseigner sans savoir par quoi commencer6. »

La subjectivité des auteurices (leur désir d’avoir eu un livre similaire entre les mains des années plus tôt) est ce qui les a poussés à entamer leurs recherches sur cette histoire d’une littérature lesbienne. Leurs recherches sont réalisées dans un cadre universitaire, avec une certaine objectivité – à voir comment iels essayent de répondre à la question de la définition du sujet, question traitée de la manière la plus objective possible, en essayant de trouver un juste milieu aux multiples points de vue possibles. Leurs recherches permettent également de faire entrer dans le cadre universitaire les très nombreux travaux militants jusqu’à maintenant laissés dans les marges, en périphérie de l’Université et de la Recherche : « La possibilité même d’établir un tel panorama repose entièrement sur le travail énorme qu’ont mené, depuis des décennies, militant-es et étudiant-es, journalistes et lecteurices, archivistes, maisons d’édition et cercheureuses indépendant-es7. » Toustes les militant-es sont cité-es dans le livre et nous sommes invité-es à nous découvrir leurs travaux (en plus d’une quantité de nouvelles lectures lesbiennes). Parmi ces références, nous retrouvons l’importance des revues lesbiennes françaises Vlasta (1983-1985) et Lesbia (1982-2012), qui les premières « ont cherché à développer un discours historique et critique sur la littérature lesbienne8. » Depuis, les actions et acteur-trices se sont multiplié-es9.

Couverture de Vlasta, n°1 (1983), revue fondée par Suzette Robichon. Photo d’Aurore Turbiau, qui a ouvert en 2021 un thread commentant sa lecture des numéros.

« Ce livre est construit sur l’ensemble de ces recherches », soulignent-iels ; « Nous les considérons comme un prolongement : il y a une transmission à faire et à respecter10. » Les participations de Suzette Robichon, Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici à l’élaboration de cet ouvrage, notamment avec la signature de deux très beaux textes, apparaissent comme des approbations du milieu militant.

À qui donc est destiné ce livre, à mi-chemin entre université et militantisme ? Nous pourrions le qualifier d’objet fuyant, lui aussi, au même titre que la littérature lesbienne. Il « se situe à mi-chemin entre l’essai adressé à un large public et l’ouvrage adressé à un public universitaire11. » Chercheureuses, militant-es, lesbiennes, amateurices de littérature ou tout simplement curieuxses : Écrire à l’encre violette se veut d’une grande accessibilité, sans être essentialiste et en tâchant de répondre aux différentes exigences d’un lectorat hétéroclite. Pour ce qui est de ma lecture, mon intérêt pour ce livre est multiple : je m’y intéresse en qualité de chercheur, mais aussi en tant que lesbienne, et enfin car je suis un grand lecteur avide de nouvelles lectures (surtout lesbiennes et écrites par d’autres que des hommes cis-hétéro). Dans tous les cas, j’ai été comblé.

Ceci n’est qu’un commencement

Il est toutefois compréhensible que d’autres n’y aient pas trouvé leur bonheur. Après tout, ce livre se propose comme une première synthèse de la littérature lesbienne française. « [U]ne bonne part est issue d’archives qu’il faut exhumer, écrivent les auteurices, ou des souvenir de celles qui, depuis cinquante ans, se battent pour la faire vivre au grand jour. Mémoire immense, donc, mais enterrée, éclatée, écrite au fil d’articles, de revues, de billets dispersés12. » Encore beaucoup reste à être découvert et étudié. Qui sait, peut-être que, d’ici quelques années, de nouveaux textes seront exhumés et rendus accessibles et contrediront certaines choses soutenues par les auteurices dans ce livre. Tant mieux : c’est ce qu’iels attendent – et nous aussi.

Ce que nous proposent les cinq auteurices, dans ce premier ouvrage, n’est pas une synthèse définitive :

« Ce livre vise à être lu et mobilisé comme un point de départ pour donner de nouvelles envies de lecture, étudier l’histoire des femmes sous un nouvel angle, fonder des bibliothèques, entamer des recherches, rééditer des ouvrages… et, dans l’ensemble, rehausser les piles de livres à lire. Nous l’avons voulu, autant que possible, accessible et synthétique ((Ibid., 20)). »

Fatima Daas, photographe inconnu-e, prise le 17 juin 2020.

Nous pouvons regretter par exemple l’absence d’auteurices racisé-es, notamment dans les premiers chapitres de l’ouvrage ; ces auteurices et leurs textes sont encore à découvrir, s’iels existent. Ces questions raciales sont adressées dans les chapitres portant sur la seconde moitié du 20e siècle. S’ajoutent également la question de classe : les auteurices ne manquent pas de faire remarquer qu’« il a longtemps fallu être riche et bien entourée pour pouvoir écrire lesbien ».

Il faut également que nous, lecteurices, prenions conscience des limites matérielles et éditoriales auxquelles ont dû se confronter les auteurices : tel nombre de pages à respecter, tel délais, etc. Des choix ont ainsi dû être faits – des choix qu’iels nous expliquent. Par exemple, s’iels ont réussi insérer un chapitre sur la science-fiction et la fantasy (« Mauvais genres : 1924 ?-2022, écrire le lesbianisme dans les littératures de l’imaginaire » de Manon Berthier), il n’en a malheureusement pas été le cas pour le théâtre, la littérature jeunesse, la bande dessinée et la chanson. Les raisons de ces délaissements ne sont pas expliqués mais sont compréhensibles : ce ne sont pas les domaines d’expertises des auteurices. Dans ce cas-là, il est plus juste de ne pas en parler et de renvoyer aux spécialistes ayant déjà écrits sur le sujet13. Enfin, la  dernière limite est géographique. Le sujet étant la littérature lesbienne française, il a fallu que les auteurices se restreignent à la France, bien que, par moments, il aurait été plus intéressant (et judicieux) de réaliser des liens internationaux. Sur ce sujet, les auteurices concluent : « Nous avons fait en sorte de repérer ces liens internationaux mais cette ouverture appelle à être poursuivie : une fois cette histoire française écrite, il faudra pouvoir la décentrer14. »

Ces choix n’ont pas été réalisés sans « [q]uelques frustrations », pour citer les auteurices15. Mais des choix ont dû être faits pour rendre ce livre possible. Rappelons-le, la littérature lesbienne est « un objet fuyant ». Comment définir, résumer, synthétiser, rendre accessible un objet aussi fuyant ? Il a fallu faire des choix. Ces choix peuvent être critiqués et discutés, mais, dans tous les cas, nous pouvons remercier les auteurices pour leur honnêteté et pour leurs explications : « Nous n’avons pas tout lu, ni tout redécouvert : il reste à écrire une histoire plus intersectionnelle de la littérature lesbienne française16. » Iels reconnaissent leurs forces et leurs limites, leurs dons et leurs lacunes. Pour les compléter, une seule solution : « Nous […] appelons là aussi à de nouvelles recherches. »

Conclusion

Photo de B.-Abel Delattre

Écrire à l’encre violette est une première synthèse de la littérature lesbienne française, réalisée par cinq « jeunes chercheureuses lesbiennes, bies, folle-queer, engagé-es depuis un certain temps dans des recherches sur la littérature lesbienne par plaisir, par intérêt militant et par conviction scientifique17 ». Nous les en remercions chaleureusement ; merci à elleux pour leurs travaux, pour s’être livré à cet exercice difficile qu’est la rédaction et la publication d’un ouvrage accessible, et pour avoir commencé quelque chose – d’autres sujets de recherches, un projet plus important, de plus grande envergure, qui sait.

En attendant, nous espérons que ce livre n’est que le premier d’une longue série destinée à revaloriser et à redécouvrir la littérature lesbienne, française et internationale.

Première partie ici.



Citer ce billet
Blandine-Abel Delattre (2022, 15 juillet). Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2. ARTS ET REPRÉSENTATIONS QUEERS. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cz7s

  1. “Introduction”, Écrire à l’encre violette, 15. []
  2. Ibidem, 21 []
  3. Idem. []
  4. Alice Coffin, Le Génie lesbien, Paris : Éditions Grasset & Fasquelle, 2020. []
  5. Ibidem, 49-50. []
  6. “Introduction”, Écrire à l’encre violette, 19-20 []
  7. Ibidem, 20. []
  8. Idem. []
  9. Comme les auteurices, nous renvoyons aux comptes suivants : RomanLesbien, LaGouinothèque, Lectures_lgbt, Bibliqueer, SapphoTravelBookclub (Instagram) ; QueerCodeQR (Twitter) ; Mx Cordélia (YouTube) ; Planète Diversité, Rainbowthèque (sites). []
  10. Ibid., 23. []
  11. Ibid., 27 []
  12. Ibid., 15 []
  13. C’est ce que font les auteurices : « Nous renvoyons aux travaux déjà réalisés dans ce domaine (Lécroart et Peslier, 2021 ; Cordone et Rosier, 2021 ; Lagabrielle, 2007 ; Lafontaine, 2019 ; Scott et Fawaz, 2018 ; Abate, Grice et al., 2021 ; Lootgieter et Paris, 2019) […]. ». Ibid., 27. []
  14. Ibid., 25 []
  15. Idem. []
  16. Ibidem, 26 []
  17. Ibid., 27 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search