“I wanna be a man, a mancub…” – Du Male Impersonator au Drag King: une pratique de “père” en “fils”? – 1/2

“I’ve reached the top and had to stop
And that’s what botherin’ me
I wanna be a man, mancub
And stroll right into town
And be just like the other men
I’m tired of monkeyin’ around!”

Louis Prima et Phis Harris, I Wan’na Be Like You (The Monkey Song), (3’51), Album: The Jungle Book, Walt Disney, 1967.

Plusieurs évènements parsèment l’histoire du travestissement. Une histoire vaste et complexe s’inscrivant en dehors du “régime politique de l’hétérosexualité1” selon la fameuse expression de Monique Wittig. C’est à travers cette idée que nous étudierons la figure du king comme étant la manifestation d’une opposition cisnormative dont les prémisces remontent au travestissement théâtral tragi-comique pour finalement s’épanouir dans les performances drag.

“To be, or not to be, that is the question” … for the Impersonators

En Occident, la mise en scène de soi par le travestissement remonte au théâtre élisabéthain du XVIe siècle. La morale interdit alors aux femmes de monter sur scène et les rôles sont attribués aux hommes. “Se travestir, ce n’est jamais simplement se revêtir autrement… Se travestir, c’est s’essayer à être autre sans pouvoir rester tout à fait celui que l’on pense être. Le travestissement engendre de l’inconnu, de l’imprévisible en même temps qu’il exalte les pouvoirs enivrants du jeu2” explique l’homme de théâtre Georges Banu. On observe également un consensus entre le spectateur et l’acteur : la scène est le lieu d’une croyance éphémère et performative. On accepte de croire car ce que l’on nous montre s’inscrit dans un temps précis qui est le temps de la représentation. L’usage de perruques, de maquillages et d’autres accessoires ne choquent pas puisque cela fait partie intégrante du jeu et participe pleinement à la suspension d’incrédulité. C’est d’ailleurs grâce à ce consentement général que l’on facilite l’arrivée des males impersonators au XIXe siècle. Ils cherchent alors à incarner un masculin crédible. Il s’agit d’une mise en scène plausible de la société, de ses composants masculins, et non d’un rôle théâtral scriptés.

Annie Hindle, Houseworth’s Souvenir Photographie, v.1878, Photographie, 15 x 10 cm.

Plusieurs impersonators vont ainsi s’illustrer, comme Annie Hindle qui se lance en 1860 sous le nom de Charles Ryan. Jeune anglaise, expatriée aux Etats-Unis dans les années 1868, elle gravit rapidement les échelons pour devenir “The greatest Male Impersonator Living” selon le Boston Globe3. Elle crée un personnage intéressant que Gillian M. Rodger décrit comme “[…] un personnage masculin se basant sur l’homme de la classe supérieure pouvant se livrer à diverses activités de loisirs. Elle [Annie Hindle] était consciente que son public était principalement composé d’hommes de la classe ouvrière, et se liait avec eux en faisant de son personnage de “dandy” la base des moqueries pour qu’ils puissent se sentir supérieur dans leur virilité. Consciente de cette situation, elle chantait des chansons représentant cette classe d’hommes ouvriers et défendait leur masculinité et, parfois, leur offrait même des conseils de séduction4.”.

Vesta Tilley, Philco Publishing Co., v.1900, Photographie, 13,6 x 8,7 cm.

On peut aussi aborder le cas de Vesta Tilley, aussi connue sous le nom de Mathilda Powers, qui suivra les pas de Hindle en performant pour l’effort de guerre5. Tilley se prend au jeu du travestissement dans sa jeunesse et sera soutenue par son père qui lui achètera ses premiers costumes. Lors de la Première Guerre mondiale, elle rejoint l’entertainment sector6 sous les traits d’un jeune soldat coureur de jupon blasé par les décisions de ses supérieurs. Cela se retrouve dans sa chanson Six Days Leave : “It’s a fine time for a soldier // When he’s home on his six days’ leave // Must see Aunt Maria, must see Uncle Jim // Tell them what the General said // And what I said to him // It’s a fine time for a soldier // But with all due respect and regard // next time they want to give me six days’ leave // Let’em give me six months’ hard !7”. Dans un style similaire, on retrouve Hetty King qui performe régulièrement sous les traits d’un marin et dont la chanson signature était d’ailleurs All the nice girls love a sailor8) : “All the nice girls love a sailor // All the nice girls love a tar // For there’s something about a sailor // Well, you know what sailors are // bright and breezy, free and easy// He’s the ladies’ pride and joy // Falls in love with Kate and Jane // Then he’s off to sea gain // Ship ahoy ! Ship ahoy !9”.

Gladys Bentley, v. 1940, Photographie, Collection of the Smithsonian National Museum of African American History and Culture.
Gladys Bentley, v. 1940, Photographie, 23.7×18.6 cm, Collection of the Smithsonian National Museum of African American History and Culture.

Enfin, bien que ses performances soient plus tardives, il est primordial de citer Gladys Bentley qui est sans nul doute l’une des plus importantes male impersonators afro-américaines10. Lesbienne affirmée et personnage progressiste, elle est décrite comme “[…] une femme robuste de 110 kilos avec une profonde voix grondante qui la rend habile chanteuse de blues et puissante pianiste. Portant son smoking et son haut blanc, elle séduit le public qu’il soit hétérosexuel ou gay, noir ou blanc.11”. Femme noire critiquant ouvertement les notions de genre, de classe et de race dans ses performances, elle se distingue par sa force et son charisme. Elle marque pourtant la fin du mouvement qui connaît des difficultés depuis la mise en place du Code Hays en Mars 1930. Ce code fait d’ailleurs suite à de nombreux scandales touchant directement le monde d’Hollywood puisqu’il installe une rigueur morale dans les œuvres artistiques. Le travestissement y est ainsi sévèrement réprimandé car incitant à une supposé “perversion”. La pratique ne cesse pourtant pas d’exister mais se déclasse dans la sphère personnelle. Le male impersonator fait place à la figure de la butch. Étymologiquement lié au mot butcher, le “boucher” en français, le terme  sert à  désigner  les femmes  lesbiennes  aux  allures masculines, ayant une allure de boucher12. Cette figure ne s’ancre pas totalement dans le travestissement car la butch est, par nature, masculine. Pourtant, il arrive qu’elle performe au sein de clubs et de bars réunissant la communauté queer.

Brassaï, Lulu de Montparnasse buvant seule au Monocle, v. 1932, Photographie, 36×37.3 cm.

Si les males impersonators proviennent surtout des pays anglo-saxons, la France a également des actrices et performeuses ayant recours au travestissement. On peut citer Sarah Bernhardt qui incarna brillamment le personnage de Lorenzaccio dans l’adaptation éponyme réalisée par Armand Artois en en 1896. Pourtant, ce type de travestissement ne revêt pas les mêmes proportions subversives malgré l’usage du postiche. À cette époque, le travestissement désigne surtout une catégorie de rôle, au même titre que les rôles d’ingénues sont des “ingénuités”, et revêt avant tout une dimension ludique13. Enfin, ne se travestit pas qui veut. Les rôles de personnages travestis sont interprétés par de très jeunes débutantes afin que leurs physiques frêles collent plus aux rôles des jeunes hommes qu’elles incarnent. Comme l’explique Camille Khoury, ce choix n’est pas innocent car travesti en jeune garçon plutôt qu’en homme, l’actrice ne franchit pas la frontière entre les sexes14. La valeur transgressive du travestissement est neutralisé au profit d’une représentation de l’enfance. La chercheuse considère que : “La femme travestie perd son sexe plutôt qu’elle n’en change.14”. Cette différence est fondamentale et se retrouve également avec la mode des Garçonnes de 1920. Ces dernières ne performent pas tant une masculinité que de nouveaux codes de séduction hétérosexuelle15. Cela crée donc une ambiguïté entre performance de genre se déroulant dans le cadre de la norme hétérosexuelle et performance de genre se déroulant dans un cadre privé, caché et homosexuel. Cette intimité s’illustre d’ailleurs dans le travail du photographe Brassaï. Arpentant Paris, il n’hésite pas à s’infiltrer dans les endroits qui ne le concernent pas, notamment au bar Le Monocle accueillant principalement la communauté lesbienne. À travers ses images, Brassaï tente de capter l’essence de ces personnages fantastiques qu’il ne comprend pas et les collectionne au sein de son bestiaire de la vie nocturne parisienne. Isabelle Milan critique ce regard masculin que l’on retrouve chez Brassaï, et d’autres artistes, car : “[…] la fascination est évidente, elle est cependant très peu éclairée et dirigée par la frustration de l’idée que le désir féminin puisse leur échapper16.” Une fascination perverse que l’on retrouve également dans les écrits traitant de la “condition des lesbiennes17.” C’est ainsi que l’on peut voir des experts, comme le psychiatre allemand Krafft-Ebing, affirmer que : “Non seulement la lesbienne la plus dégénérée est la plus masculine, mais de surcroît toute transgression du code vestimentaire, toute aspiration aux privilèges masculins est probablement un symptôme de lesbianisme18.”

Brassaï, Au Monocle – Un couple, v. 1932, Photographie, 34.9×26.4 cm.

Suite.

Article de Mado Susana.

  1. WITTIG Monique, La Pensée Straight, Paris : Editions Amsterdam, 2018. []
  2. BANU Georges, “Le corps travesti : un héritage et une reconquête”, dans : Jeu (n°145), p.39. Consulté sur : https://www.erudit.org/fr/revues/jeu/2012-n145-jeu0430/68399ac/ (19/05/2020) []
  3. Site Drag King History (Annie Hindle) : https://dragkinghistory.com/1864-1904-annie-hindle/ (04/02/2021) []
  4. Ibid.The primary type of character she would perform was the “swell”, which was a male character based on an upper-class man who could indulge in a range of leisure activities. She was conscious of her audience which was mostly working class men, and connected with them by making her “swell” characters the base of jokes so the audience could feel superior in their manhood. Being mindful she would sing song that represented the working class men and defend their masculinity, and sometimes even offer them advice about courtship.” []
  5. Site National Fairground and Circus Archive (Vesta Tiley) : https://www.sheffield.ac.uk/nfca/researchandarticles/vestatilley (04/02/2021) []
  6. Il s’agit du “secteur du spectacle” c’est-à-dire un secteur participant à la propagande des Etats et au moral des troupes par le biais de plusieurs types de loisirs. []
  7. Ibid. [Traduction] “C’est un bon moment pour un soldat, quand il est à la maison pour ses six jours de repos // Il doit voir tante Maria, il doit voir Oncle Jim // Dis leur ce que le général a dit // et dis-leur ce que je lui ai dit // C’est un bon moment pour un soldat // Mais avec tout mon respect et ma considération, // la prochaine fois qu’ils voudront me donner six jours de congé // Laissez-les me donner six mois fermes !” []
  8. Site Voices of Variety (Hetty King) : http://voices-of-variety.com/hetty-king-from-word/ (04/02/2021 []
  9. Ibid. [Traduction] “Toutes les jolies filles aiment les marins // Toutes les gentilles filles aiment un “tar” // Car il y a quelque chose à propos d’un marin // Eh bien, vous savez ce que sont les marins // Lumineux et aéré, libre et facile // Il est la fierté et la joie des femmes // Il tombe amoureux de Kate et de Jane // Puis il repart encore une fois en mer // Ship Ahoy ! Ship Ahoy !”. “Ship Ahoy” étant une expression typiquement anglaise marquant l’arrivée d’un navire au port, j’ai pris la décision de ne pas la traduire ici. Il en est de même avec le mot “tar” qui est un jeu de mot intraduisible. Effectivement, le “tar” désigne à la fois le goudron dont les marins tapissent leur vêtement pour les rendre imperméables mais également le surnom “Jack Tar” que l’on donne aux marins britanniques. []
  10. Site Drag King History (Gladys Bentley) : https://dragkinghistory.com/1925-1950-gladys-bentley/ (04/02/2021) []
  11. Ibid. “[…] a robbust 250 pound woman with a deep, growly voice making her adept as a blues singer and a powerful pianist. Wearing her signature white tuxedo and top, she appealed to audiences whether straight or gay, black or white.” []
  12. ACKROYD Peter, Queer City : Gay London from the Romans to the Present Day, Paris : Philippe Rey, 2018. []
  13. KHOURY Camille, “Trouble et travesti au XIXe siècle : Le cas de Sarah Bernhardt”, dans : Corps troublés : Approches esthétiques et politiques de la Littérature et des Arts, sous la dir. de Muriel Plana et Frédéric Sounac, Dijon : Editions Universitaires de Dijon, 2018, p.34-35 []
  14. Ibid. [] []
  15. Camille Regache, Binge Audio. (Octobre 2020). Fringué comme une tapette [Vidéo]. YouTube. Consulté sur : https://www.youtube.com/watch?v=CmQP5xMSBX4 (06/02/2021) []
  16. MILAN CAIL Isabelle, “Réappropriation de la peinture et de la photographie”, dans : Images Re-vues, 2020. Consulté sur : http://journals.openedition.org/imagesrevues/8078 (06/02/2021) []
  17. NEWTON Esther, “Le mythe de la lesbienne masculine : Radclyffe Hall et la Nouvelle Femme”, dans : Les fleurs du mâle : masculinités sans hommes ?, sous la dir. de Sam Bourcier, Paris : L’Harmattan, 2008, p.28. []
  18. Ibid. []

Une réponse sur ““I wanna be a man, a mancub…” – Du Male Impersonator au Drag King: une pratique de “père” en “fils”? – 1/2”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search