En encre et en genre : le graphisme à l’épreuve de l’inclusivité

“peindre représente
la possibilité
de ne pas peindre
avec des mots

j’aime me passer
des mots ne marquent
pas ne ren
voient à rien”

Aurélie Foglia, Comment dépeindre, Paris, Editions Corti, 2020, p.78
Circlude, C. / Fonte : Bye Bye Binary, Baskervvol, 2018-2021.

Perméable au texte et à l’image, situé entre la fonderie, la rue et les espaces numériques, le « graphisme engagé », tel que cet article l’aborde, fait écho aux vers d’Aurélie Foglia. Tandis que la poétesse imbrique son travail plastique et sa pratique textuelle, les graphistes rendent visibles des expériences et des identités. C’est au cours d’un stage dans un centre d’art contemporain que les enjeux esthétiques, poétiques et formels du design graphique se sont imposés à moi ; cette prospection graphique aura donc servi de creuset aux réflexions que je pose ici.

Essais de définition du « graphisme engagé »

Défini par Delphine Mistler dans le premier volet de son mémoire de recherche comme ce qui « agence des signes porteurs de sens, avec une visée de dénonciation sociale et politique », cette orientation militante du graphisme s’inscrit « au cœur des rues, au plus proche des citoyens, soulevant les questions essentielles qui composent notre société1 » ; à la croisée des médiums, de la politique et de la publicité. Son travail de recherche, également imprimé en sérigraphie, questionne ainsi la médiation et la sensibilisation culturelle qu’offrent les divers champs du design. En se dégageant des revendications scandées dans les rues dès la moitié du XXe siècle, terreau – bitume – originel du graphisme engagé au-delà des fonderies typographiques, on reviendra sur des projets contemporains, pour lier la forme et le contenu des supports graphiques à l’aune des questionnements sur le genre.

Faire ensemble des lieux d’encrage

Celles qui agissent en tant que « conscience du monde de l’art », les Guerrilla Girls, manifestent leur activisme par des flyers satiriques et des collages sauvages. Leurs campagnes d’affichage font le pari d’allier la présentation de données, issues par exemple des statistiques sur le nombre d’expositions monographiques de plasticiennes organisées dans les musées américains, et la recherche esthétique ; une communication visuelle simple et percutante. Dès lors, le potentiel du design graphique dans le champ du militantisme féministe et queer a pris des proportions considérables, dont cet article se propose de livrer des exemples actuels.

Guerrilla Girls, « When Racism & Sexism Are No Longer Fashionable, What Will Your Art Collection Be Worth? » © 1989 Guerrilla Girls. Courtesy guerrillagirls.com

Graphiste promouvant une pratique conviviale et militante, Hélène Burel enveloppe son travail expérimental d’une conscience aiguë de l’engagement. Également sérigraphe, elle a notamment exposé en 2020 au Conservatoire du Havre un projet intitulé 105 jours dans le cadre du festival annuel « Une Saison Graphique ». Entre le 25 novembre 2019, journée de lutte contre les violences faites aux femmes, et le 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes, quinze semaines se sont écoulées, que Hélène Burel a décidé de concrétiser en autant d’images – la crise sanitaire allongeant le délai prévu. Ce que l’artiste décrit d’elle-même sur son site comme un « journal de bord féministe et militant », fait de formes et de textes s’étalant sur douze affiches sérigraphiées, convie un regard rétrospectif sur les événements, croisant, par le « graphisme de lutte », l’individuel et le collectif. Du papier imprimé aux vitres, les supports choisis par Hélène Burel investissent des espaces de réflexion communs. L’invitation à « garder les yeux ouverts » dans un lieu de passage, si elle prend une forme ludique et accessible, ne résonne pas moins avec la série des Inflammatory Essays de Jenny Holzer (1979-82). Sollicitant l’attention du public comme une énième publicité intrusive, ces phrases courtes et percutantes s’intègrent de façon éphémère dans l’environnement urbain.

Hélène Burel, 105 Jours, novembre 2020, sur invitation du Groupe Scolaire Saint Vincent, Conservatoire du Havre, impressions sérigraphie, blanc de meudon sur vitres © Hélène Burel.
Jenny Holzer, Inflammatory Essays, 1983, affiche imprimée, 43,2 x 4,2 cm, © Jenny Holzer, © ADAGP, Paris.

Typographies inclusives : enjeux actuels de réappropriation des formes

Circlude, C. / Fonte : Bye Bye Binary, Baskervvol, 2018-2021.

Bien qu’étant les productions d’un espace encore très masculin, tel que l’imprimerie, le design graphique et le design de caractères mettent en image les luttes pour les droits des femmes et des minorités de genre. En 2018, Tanita Wensky recense les collectifs et les initiatives créées pour dénoncer et pallier la sous-représentation des femmes dans l’univers du graphisme2. Elle présente notamment le projet en ligne Alphabettes.org, créé en 2015 pour servir de vitrine au travail de lettering, porté par des graphistes originaires de 250 pays. La mise en avant de formes typographiques non-binaires et inclusives nourrit aujourd’hui un pan de la recherche, qui croise design et études de genre. Dans un entretien livré au Centre national des arts plastiques, Caroline Dath°Camille Circlude, enseignant·e-chercheuxse et graphiste, évoque la collective Bye Bye Binary (BBB), cofondée en 2018 autour de quatre pôles majeurs : « la pratique du dessin de glyphes inclusifs, de la mise en forme graphique de textes, [ainsi que] l’écriture réflexive autour de cette pratique3 ». En outre, la performance de textes complète le travail de la collective autour de l’oralité. Le projet franco-belge s’appuie sur une dynamique de groupe et sur une recherche historiographique, à laquelle une partie de la collective – certainxs membres s’attachant au caractère cryptique et illisible4 – intègre des exigences de lisibilité et de pédagogie pour les personnes présentant des troubles de la lecture. En pratique, le laboratoire graphique fait correspondre son idéal d’inclusivité à une typographie modulaire, qui joue sur la « liaison » et la « symbiose » des caractères, pour dépasser la binarité masculin/féminin induite par le point médian. Dans un article intitulé « Graphisme x Intersections », Loraine Furter, également graphiste et enseignante-chercheuse au sein de BBB, rassemble des « voix intersectionnelles, féministes et décoloniales dans le champ du design graphique5 ». En rappelant que le graphisme n’est pas neutre, qu’il amène à « composer, […] former des représentations et des imaginaires », elle interroge les choix et les protocoles de création.

Le « graphisme transféministe », itinéraire d’un design queer

Qu’elles prennent la forme de performances, comme les retranscrit la revue Phylactère, initiée par Roxanne Maillet et Auriane Preud’homme, ou de workshops, comme vu précédemment, les initiatives pour rendre visible un graphisme inclusif se multiplient – je laisse à chacun·e la curiosité de découvrir les projets cités ci-dessus.

Hélène Alix Mourrier pour l’association OUTrans : brochure OPÉ-TRANS féminisantes, « Vaginoplastie : technique de l’inversion péno-scrotale », planche 17, Onlineprinters, 2021 [réédition].

De son côté, Hélène Alix Mourrier alias H., graphiste et plasticien·ne transféministe, mobilise un « vocabulaire du fluide, de la mutation », du graphisme à la sculpture, jusqu’à la performance, pour rendre visibles les luttes pour des rapports sociaux et des espaces inclusifs. L’identité de genre, qui irrigue son travail plastique militant, porte par exemple les réalisations graphiques éducatives issues de la collaboration entre H. et l’association OUTrans. Ce projet ex nihilo a pour « ambition de permettre la compréhension des opérations de chirurgie génitale pour les personnes trans, en adoptant un positionnement objectif, dégagé de toute connotation morale6 ». Sous la forme de deux livrets, « OPÉ-TRANS Masculinisantes » et « OPÉ-TRANS Féminisantes », ce projet réalisé en 2013 et mis à jour en 2021 se veut un « support d’échange et de partage » autour de représentations didactiques. En s’adressant à la communauté médicale, sociale et associative, ces brochures visent à combler des ressources lacunaires sur les possibilités d’interventions. Ici encore, le texte et l’image s’imbriquent au profit d’un savoir militant, solidaire et inclusif.

La forme des luttes, un espace d’expression pour tous·tes

Nous l’aurons donc compris, le graphisme engagé, quelles que soient les luttes servies, incite à réfléchir sur le fond et la forme, en résonance avec les enjeux contemporains. Depuis leur origine dans les ateliers, les productions graphiques résultent d’un faire en commun, par le partage des savoirs, des espaces, des supports et des compétences, mêlant l’individuel au collectif. Ces derniers mois, en aide à celleux que la crise sanitaire a précarisé·es, le collectif Formes des Luttes a donné suite au mouvement d’occupation des lieux culturels. Le recours aux supports visuels pour soutenir une mobilisation générale n’est pas sans rappeler l’élan de la fin des années 1960, tout en accédant aujourd’hui à d’autres publics, au milieu des images digitales sur les réseaux sociaux. Le graphisme se déploie donc dans un format auquel s’agrègent tous types de textes et d’images.

Article de Aliénor B-Valois

  1. Delphine Mistler, Mémoire de DNSEP / Design visuel et graphique, premier volet « Culture graphique », ESAD d’Orléans, 2017. URL : http://delphinemistler.fr/portfolio-item/culture-et-sensibilisation-graphique/. []
  2. Tanita Wensky, « Graphisme, où sont les femmes?  », Pixartprinting, 21 mai 2018. URL : https://www.pixartprinting.fr/blog/graphisme-ou-sont-les-femmes/. []
  3. « Focus sur la typographie inclusive avec Caroline Dath », entretien réalisé par Véronique Marrier, 21 avril 2021. URL : https://www.cnap.fr/focus-sur-la-typographie-inclusive-avec-caroline-dath. Site internet de l’inventaire des pratiques typographiques inclusives non-binaires. URL : https://typo-inclusive.net/. []
  4. Caroline Dath, “De la nécessité d’étudier la lisibilité”, 16 janvier 2021. URL : https://typo-inclusive.net/emergence-de-nouvelles-formes-typographiques-non-binaires-ligatures-et-glyphes-inclusives-les-alternatives-au-point-median-et-au-doublet-principalement-observes-dans-les-milieux-activistes-queer-e/. []
  5. Loraine Furter, « Graphisme x Intersections », LSD Le Signe Design, revue du Signe, Centre National du Design Graphique, Chaumont, septembre 2020. []
  6. Hélène Mourrier et OUTrans, « OPÉ-TRANS Masculinisantes et OPÉ-TRANS Féminisantes », anciennement « FT* / MT* » [GLAD!, janvier 2016], 2020. URL : Brochures OPÉ-TRANS (anciennement Mt*/Ft*) – OUTrans – Association féministe d’autosupport trans à Paris. H. fait également partie de la collective Bye Bye Binary. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search