Agnès Varda à la Cinémathèque : un pari poétique autant que politique

Depuis le 11 octobre 2023 et jusqu’au 28 janvier 2024, se tient à la Cinémathèque française l’exposition Viva Agnès Varda ! une rétrospective autant sur la vie que sur l’œuvre d’Agnès Varda. Quatre ans après sa mort en 2019 cette forme d’hommage peut apparaitre comme logique de la part de la Cinémathèque. Il y a cependant un engouement inédit autour de l’exposition, surtout auprès des moins de trente ans. Ce compte rendu revient sur donc les enjeux actuels auxquels répondent l’œuvre de Varda, et ce qu’elle-même incarne, pour expliquer le choix de cette exposition et son succès.

Nous commençons l’exposition accueilli.e.s par un immense portrait d’Agnès Varda avec un chat, dans une pièce aux murs rose pastel. Pas de doute, nous sommes bien dans l’univers de Varda et dans la continuité de ce que promet l’affiche, chaque pièce se déclinant ensuite dans une autre couleur. Mise en scène par sa fille, Rosalie Varda, c’est ici la figure populaire d’Agnès Varda qui nous est présentée : petite vieille dame fantasque aux cheveux bicolores, pleine de sagesse et de poésie. Si aujourd’hui elle est une figure incontournable du paysage culturel français, ça n’a pas toujours été le cas. Dès le début de l’exposition et régulièrement par la suite, les difficultés qu’elle a connu pour monter ses projets, dû à son originalité, son exigence d’autrice ou tout simplement au fait qu’elle était une femme dans un milieu d’homme sont rappelées. Elle est ainsi toujours restée en marge, alternant entre succès critiques et publics et invisibilité, et ce, malgré les connaissances influentes qu’elle avait, notamment au sein de la Nouvelle Vague.

Agnès Varda et son chat Nini, Paris, 2018.
Courtesy Galerie Suzanne Tarasieve, Paris / Crédit Juergen Teller, all rights reserved

Justement cette exposition s’inscrit dans la continuité d’une forme de réhabilitation de son œuvre qui a débuté dans les années 2010. En 2015 elle reçoit la palme d’honneur au Festival de Cannes puis un Oscar d’honneur en 2017 à la Cérémonie des Oscars. Ces deux récompenses célèbrent un ou une cinéaste pour l’ensemble de son œuvre, et, pour la palme d’honneur, le.a cinéaste qui la reçoit doit n’avoir jamais remporté de palme d’or. Bien que ces deux prix lui rendent hommage et permettent de populariser son œuvre, nous pouvons critiquer le fait de récompenser des films a posteriori et non au moment de leurs sorties et de reconnaître après coup ce qu’a apporté Agnès Varda au cinéma, par son originalité, son univers particulièrement poétique, mais aussi son engagement pour différentes causes, comme nous allons le voir. En 2017 sort Visages, Villages un documentaire qu’elle coréalise avec le photographe JR. Le film est un succès public et critique, il bénéficie d’une couverture médiatique très importante qui participe à cette réhabilitation d’Agnès Varda et de son statut au sein du cinéma français. Toute une génération redécouvre cette cinéaste, et au moment où le cinéma et la société sont secoué.e.s par l’affaire Weinstein et le mouvement #Metoo, elle prend une importance inédite. En effet elle devient une des rares réalisatrices françaises connues du grand public et surtout la seule issue de la Nouvelle Vague. De plus son engagement féministe apparaît clairement dans ses films comme dans ses prises de parole. Son décès en 2019 achève de la transformer en icône et cette exposition et l’engouement qu’elle suscite viennent confirmer ce statut et parachever sa réhabilitation au sein du cinéma français. Mais ne nous y trompons pas, le choix d’Agnès Varda pour la nouvelle exposition de la Cinémathèque s’inscrit aussi dans une logique et une politique bien précises. Tout d’abord, depuis la libération de la parole et la visibilisation des inégalités que subissent les minorités ces dernières années, nous assistons à une prise de conscience des institutions culturelles. Comme nous l’avons souvent fait remarquer dans les différents comptes-rendus de l’ARQ, cela passe par la mise en avant, plus ou moins réussie et de plus ou moins bonne volonté d’artistes féminines et/ou racisé.e.s. La Cinémathèque Française n’échappe pas à cette « mode » et c’est ainsi que récemment nous avons pu voir une exposition sur l’actrice Romy Schneider en 2022. Le choix d’Agnès Varda apparaît alors comme évident et consensuel. Comme nous l’avons vu, elle est devenue une figure extrêmement populaire. Mais elle n’a jamais cessé de revendiquer un cinéma d’autrice et elle reste liée à la Nouvelle Vague et au cinéma de cette époque, encore largement plébiscité aujourd’hui. Malgré sa marginalisation tout au long de sa carrière, cette appartenance la fait entrer dans un cadre institutionnel et un certain cinéma élitiste. Elle parvient ainsi à réunir et à incarner ces deux facettes. Cela est traduit au cours de l’exposition avec une mise en scène colorée et des installations presque enfantines qui côtoient de nombreuses photographies inédites où nous pouvons voir tout le cinéma français de l’époque mais aussi des personnalités culturelles et politiques internationales comme Angela Davis.

D’ailleurs, le caractère engagé de ses œuvres, que ce soit pour les droits des femmes, des personnes noires aux États-Unis ou plus largement pour toutes les personnes marginalisées, laissées de côté par la société, n’est pas oublié. Au contraire, il est souligné tout au long de l’expo avec des salles réservées à ses différents combats. Mais cela est contrebalancé par l’aspect poétique, presque naïf de son univers constamment rappelé lui aussi. Par exemple, les motifs de l’affiche de l’exposition ci-dessus apparaissent d’abord comme colorés et issus de son imaginaire. Mais l’aspect psychédélique renvoie aussi à la période où elle a milité contre la guerre du Vietnam et en faveur des droits des personnes afro-américaines. De plus, des œuvres qui ont pu être perçues comme choquantes au moment de leur sortie comme Le Bonheur en 1965 ou Réponse de femmes en 1975 le sont beaucoup moins aujourd’hui. Agnès Varda apparaît donc moins revendicatrice qu’elle n’était à l’époque alors même que la force de ses œuvres est de continuer à être pertinentes et actuelles. Ici encore ses messages parviennent à faire consensus et à être lissé pour être rendus plus acceptables, malgré quelques coups d’éclats.

Agnès Varda, autoportrait dans son studio de photographie rue Daguerre, 1955 © succession Agnès Varda. Fonds Agnès Varda déposé à l’Institut pour la Photographie des Hauts-de-France

L’exposition parvient quand même à garder un aspect revendicatif fort. La force de cette exposition, comme c’est souvent le cas à la Cinémathèque, réside dans l’accès à des documents et des sources jusqu’à présent peu ou pas connu.e.s. Cela passe par les nombreuses photographies personnelles et issues de ses premiers travaux en tant que photographes. Au-delà de ses films, Agnès Varda est connue de toustes à travers cette image de vieille dame touchante, sage et drôle. Viva Agnès Varda ! permet d’en apprendre plus sur sa jeunesse et ses prises de positions, au-delà de ses films, tout au long de sa vie et la cohérence qu’elle a gardée. Photographie à l’appui, nous apprenons qu’elle a eu une longue relation au cours des années 1950 avec la sculptrice Valentine Schlegel. Là où l’histoire de l’art et les musées ont beaucoup participé à l’invisibilisation des personnes et artistes LGBTQIA+ et notamment des relations lesbiennes, cela est à souligner. C’est d’autant plus important que cette liaison donne aussi une nouvelle dimension à son militantisme féministe et répond à un besoin de représentations, de modèles, dont l’importance a été maintes fois démontrée. Enfin, l’exposition montre très bien une certaine convergence des luttes que ce soit dans les sujets, les formats des œuvres et dans l’abnégation de Varda à garder sa liberté quitte à se marginaliser elle-même pour que ses projets restent indépendants et lui ressemblent. La fin de l’exposition, qui met en parallèle des déclarations récentes, anciennes et des dialogues de ses personnages féminins, conforte dans l’idée que la petite vieille dame fantasque n’était pas si inoffensive que ça et mérite son statut d’icône féministe populaire.

L’exposition Viva Agnès Varda ! nous immerge dans un univers poétique, réconfortant et perpétuellement en lutte. Le secret de son succès se trouve peut-être dans le fait que
Varda incarne très bien ces deux idées. Sa vie et son œuvre nous enseignent que la joie, la poésie et la curiosité ont leur place dans les luttes politiques et sociales et sont même
nécessaires pour pouvoir durer dans le temps. En cette période troublée où de nombreuses causes sont à défendre et où il faut se battre pour nos acquis, ce rappel est nécessaire.

Agnès Varda dans Oncle Yanco (1967)

Article de Lilou Arlaud



Citer ce billet
Marion Cazaux (2024, 8 janvier). Agnès Varda à la Cinémathèque : un pari poétique autant que politique. ARTS ET REPRÉSENTATIONS QUEERS. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjsf

Une réponse sur “Agnès Varda à la Cinémathèque : un pari poétique autant que politique”

  1. Cet article donne envie de voir l’Expo mais aussi de voir ou revoir les films de Varda!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search