Editorial de rentrée

La rentrée est à peine arrivée que la météo d’automne est là – ciel gris, petite brise, la température a chuté, à la fois un soulagement après ces quelques semaines de canicule et un rappel amer qu’il faut se remettre au travail. Pour certain-es, cela veut dire prendre des décisions importantes pour la suite : tel est le cas de Quentin Petit Dit Duhal, l’un des co-fondateurs du Collectif ARQ, qui nous a quitté pour poursuivre ses travaux. Nous le remercions pour ses initiatives, pour le lancement du collectif et pour le chemin qu’il nous permet de prendre aujourd’hui – et nous lui souhaitons tout le meilleur pour la suite.

“Se remettre au travail” : d’autres ne se sont pas arrêtés, n’ayant pas eu ce luxe. L’une de ces personnes est Mharion Cazaux, co-fondatrice de l’ARQ. Cet été, Mharion a réalisé cinq reels sur Instragram, 90 secondes de culture. Dans l’ordre, elle nous parle du prix unique du livre, du 1% artistique, de l’argent et des musées (les musées sont-ils trop chers ? d’où viennent leurs financements ? démocratisation et financements privés peuvent-ils s’accorder? quels musées proposent des gratuités et comment ?). Cinq courtes vidéos, quatre-vingt-dix secondes seulement, pour comprendre un petit mieux le fonctionnement de la culture en France.

Jenna Gribbon, Night Swimming Wrestlers, 2018

Une autre de ces personnes est Pauline Larrieu, membre de l’ARQ depuis un an, que vous pouvez retrouver sur Instagram sous le nom paniqueaumusee. Vous y trouverez une série de reels dans lesquels elle nous parle des archives LGBT+ – son sujet fétiche – et d’art queer. Elle nous en parle à travers des œuvres, comme Lineage Matchmaking de E. G. Crichton. Durant sa résidence à la Gay Lesbian Bisexual Transgender Historical Society de San Francisco, Crichton a commencé un projet mêlant archives et nouvelles créations, passé et futur : associer une boîte d’archives ayant appartenu à une personne disparue à un-e artiste actuel-le qui devra “répondre” à la boîte qui lui a été attibuée. L’ensemble des œuvres réponses ont été exposées en 2009 sous le titre Lineage : Matchmaking in the archive. Pauline nous explique que lineage tient “pour lignée, car il était important pour Crichton que son projet crée des liens entre passé et présent”, et que l’idée de matchmaking tient de l’idée d’un “blind date : un rendez-vous amoureux entre deux personnes qui ignorent tout l’une de l’autre”. Dans un second reel, Pauline nous présente le lineage matchmaking de Maya Manvi et Dodi Horvat (auteur-ice de science-fiction), à découvrir sur son Instagram. Cet été, Pauline a également commencé une série intitulée “Le pinceau en feu”, dans laquelle elle partage “des analyses d’oeuvres pour décrypter l’art contemporain” – plus précisément, des peintures figuratives queer. Un premier épisode est sorti sur Night Swimming Wrestlers (2018) de Jenna Gribbon, que nous vous invitons à découvrir, sur Instagram ou sur le blog de Pauline. La série continuera dans l’année dans un rythme aléatoire, selon les disponibilités de son autrice.

Cet été, Mharion et Pauline ont également participé à l’université d’été de la Bibliothèque Kandinsky, dont le thème cette année était “‘Draguer’ le musée et ses sources : la queerness face aux archives”. Mharion a ouvert le riche programme en parlant de sa méthodologie, comment travailler avec des archives inexistantes et comment les créer pour éviter une répétition du manque des archives LGBT+, les difficultés d’archiver l’inarchivable – les performances, les contenus numériques -, puis de son travail de commissaire sur ses expositions, telles que We’re here, we’re queer (2020) et Queer : entre esthétique et politique (2022). Initialement membre du public, Pauline a été invitée à présenter ses recherches sur la notion “neuroqueer” pour expliciter son statut de “chercheuse empêchée” – comment faire de la recherche autrement ? Leurs participations seront disponibles dans une publication de la Bibliothèque Kandinsky à venir.

Jean-Baptiste Carhaix, « Sister Sadie the Rabbi Lady » (1983). © Jean-Baptiste Carhaix, Courtesy Galerie Vrais Rêves, Lyon Photo : © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Bibliothèque Kandinsky/Dist. RMN-GP

En attendant, jusqu’au 23 novembre vous pouvez voir l’exposition Over the Rainbow au Centre Pompidou, qui présente près de cinq cents oeuvres – photographies, peintures, films, archives – issues des collections du musée des artistes qui “ont contribué à transformer la représentation des sexualités dites “minoritaires” et ont participé aux luttes menées par les communautaires LGBTQIA+ pour la renaissance de leurs droits.” Une exposition importante, lourde en émotions mais importante à voir malgré ses lacunes – on regrette encore l’absence d’une histoire des lesbiennes.

Du côté des activités de l’ARQ, vous n’aurez pas manqué de constater que ces dernières se sont diminuées ces derniers mois. L’occasion de rappeler que tous-tes les membres du collectif sont bénévoles. Les activités sur le carnet et les réseaux sont toutes réalisées en parallèle de nos propres travaux – alimentaires, universitaires, personnels -, ce qui explique la lenteur de certains projets. Nous sommes néanmoins fier-es de vous annoncer la parution prochaine du premier fanzine de l’ARQ, dans lequel vous retrouverez les créations de certain-es membres qui vous partagent leurs parcours, et de collaborateur-trices extérieur-es qui ont eu l’amabilité de se prêter au jeu.Les articles du carnet reprendront à compter de la mi-octobre : bientôt des critiques d’expositions et de lectures. Nous rappelons qu’il est possible à des non-membres du collectif de proposer des articles, qui seront publiés dans la section “invité-es” ; nous nous ferions une joie de vous lire et de vous publier.

Pour conclure cet édito de rentrée, nous avons l’honneur de vous annoncer l’ouverture de la campagne de recrutement dans le Collectif ARQ ! Cet appel est ouvert aux masterant-es, doctorant-es, jeunes docteur-es, étudiant-es en école d’art et jeunes artistes. Nous rappelons que le collectif est en non-mixité LGBTI+. Vous pouvez retrouver la charte d’adhésion sur le carnet du collectif. Si vous êtes intéressé-es, vous pouvez envoyer un CV et une courte présentation (bio et raisons pour lesquelles vous voulez nous rejoindre) à l’adresse suivante : collectif-arq@outlook.com .

Au plaisir de vous retrouver prochainement et bon courage à toustes pour la rentrée !

Abel Delattre



Citer ce billet
Blandine-Abel Delattre (2023, 21 septembre). Editorial de rentrée. ARTS ET REPRÉSENTATIONS QUEERS. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cz84

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search