Les débuts d’Alice Guy au cinéma, la restauration d’une histoire (1896-1907)

Présentation des recherches de Coraline Refort, doctorante en Histoire du cinéma, Université de Florence et Université La Sorbonne Nouvelle.

Alice Guy en 1896.

Je suis Coraline Refort, membre du collectif ARQ depuis l’automne 2022 et doctorante en troisième année en Histoire du Cinéma en Italie et en France. Comme tout le monde n’est pas forcément familier avec les recherches cinématographiques, j’aimerais vous présenter mon parcours et ma thèse.

J’ai obtenu la Licence en Études Théâtrales à l’Université La Sorbonne Nouvelle en 2017, après avoir passé ma dernière année d’études à l’Université de Florence dans le cadre du projet Erasmus. J’ai poursuivi ensuite mes études à Florence au sein du Master Arts du Spectacle, d’où je suis sortie diplômée en 2020 avec un mémoire portant sur l’analyse du costume cinématographique la petite robe noire, examinée au prisme des gender studies, fashion studies et des star systems. (Directrice de mémoire : Cristina Jandelli – résultat : 110/110 cum laude). Au cours de ma deuxième année d’études spécialisées, j’ai été sélectionnée pour le parcours d’excellence organisé par le département SAGAS. J’ai en outre remporté le prix « Fotogramma » 2020 du meilleur mémoire de maîtrise d’études cinématographiques d’Italie, décerné par l’AIRSC (Associazione Italiana per le Ricerche di Storia del Cinema, fondée en 1964).

Affiche du film-documentaire Be Natural : The Untold Story of Alice Guy-Blaché (2018), produit et réalisé par Pamela B. Green.

Je suis depuis 2020 en contrat doctoral en Histoire du cinéma à l’Université de Florence, en cotutelle avec l’Université La Sorbonne Nouvelle. Mes directeurs de recherche sont Cristina Jandelli en Italie et Laurent Véray en France. Ma thèse, intitulée Les débuts d’Alice Guy au cinéma, la restauration d’une histoire (1896-1907) porte sur la filmographie française d’Alice Guy et sur l’analyse des personnages féminins à travers le prisme de la culture visuelle de la Belle Époque. Afin de cerner les enjeux de cette recherche, il est primordial d’introduire tout d’abord la figure d’Alice Guy, encore méconnue hors des études cinématographiques.

Pionnière du cinéma international, Alice Guy a participé aux débuts du cinématographe et réalisé des centaines de films de 1896 jusqu’aux années 1920. Elle est considérée comme étant la première réalisatrice, productrice et directrice de studios de l’histoire du cinéma. Il est possible qu’elle ait réalisé le premier film de fiction, La fée aux choux, aux Établissements Gaumont vers 1896, ainsi qu’un des premiers films n’ayant pour protagonistes que des acteurs noirs (A Fool and His Money, 1912). Elle a participé à la création du style cinématographique Gaumont et réalisé ou supervisé environ cent cinquante phonoscènes, enregistrées avec e procédé de synchronisation sonore, le Chronophone1. Elle a poursuivi sa carrière aux États-Unis de 1910 à 1920, avant d’être contrainte de quitter le monde du cinéma suite à la fermeture de ses studios de prises de vues. Malgré l’importance de ses contributions, Alice Guy a été oubliée par le grand public, et les historien.ne.s du cinéma n’ont pas été prolixes à son égard jusqu’aux travaux de Francis Lacassin dans les années 19702. Ses films ont été parfois attribués à d’autres metteurs en scène ou même à ses assistants. Beaucoup de copies de ses réalisations ont été détruites ou perdues, comme c’est souvent le cas pour le cinéma des premiers temps. Si cinquante ans après sa mort Alice Guy suscite un intérêt continu et dynamique, comme le prouve un nombre croissant d’articles, de documentaires et de biographies, bien des aspects de sa carrière font encore l’objet de débats voire de polémiques, qui portent notamment sur sa filmographie française. En effet, sa filmographie étasunienne est aujourd’hui connue avec plus de certitude, notamment car les journaux corporatifs dédiés au cinéma sont nés au moment de son départ pour les États-Unis en 1907. Bien qu’elle n’ait pas réalisé tous les films de son propre studio basé à Fort Lee, la Solax Company, elle les a au moins sélectionnés et supervisés. Nous possédons donc de nombreuses sources directes archivistiques qui nous permettent d’examiner avec précision son travail, tandis que la partie française, plus ancienne et nébuleuse, fait toujours l’objet de polémiques et de débats. L’objectif de cette recherche est donc de reconstruire et d’étudier la première partie de la carrière d’Alice Guy, réalisée en France entre 1896 et son départ pour l’Amérique en 1907, afin de contribuer à une compréhension plus précise des origines du septième art.

Alice Guy, A Fool and His Money, 1912.

Le projet s’est développé en trois phases, et ce dès la première année de recherche. La première étape a été d’analyser la biographie de la réalisatrice, en se concentrant bien entendu sur la période qui nous intéressait, pour souligner les moments clés de sa carrière. À cet effet, les mémoires d’Alice Guy3. ont été utilisées comme point de départ, pour successivement comparer les différentes sources indiquées dans l’ouvrage avec la documentation actuellement disponible. Ainsi, durant la première année de recherche, j’ai pris contact avec les réalisateur.trice.s, auteur.trice.s, et chercheur.euse.s qui ont produit des œuvres ayant pour sujet Alice Guy, ainsi qu’avec toutes les cinémathèques adhérentes à la FIAF4, pour retrouver les archives, les films, les indices permettant d’accumuler, de croiser, et de consulter tous les documents papiers et filmiques ayant un lien avec la carrière française d’Alice Guy. Au terme de cette recherche archivistique, le but est bien entendu de non seulement faire le point sur ce que l’on sait, sur ce que l’on a, mais aussi de comprendre les silences, les points d’interrogations, de pouvoir pointer du doigt ce que l’on ignore sur la carrière française d’Alice Guy, car ce sont bien entendus ces doutes qui sont à l’origine des nombreux débats voire des polémiques autour d’elle.

Couverture de Alice Guy, Autobiographie d’une pionnière du cinéma 1873-1968, Denoël/Gonthier, Paris 1976.

L’objectif de la deuxième partie de la recherche porte sur les raisons pour lesquelles la figure d’Alice Guy a été oubliée et ses films perdus ou détruits. Il existe de nombreuses hypothèses qui tentent d’expliquer pourquoi son nom n’a même pas été mentionné dans certains ouvrages d’histoire du cinéma, hypothèses qui ne se résument pas aux seules difficultés communes pour qui étudie le cinéma des origines (à savoir les archives incomplètes et les erreurs d’attribution, pour n’en citer que deux). Il s’agit aussi d’analyser la manière dont les historien.ne.s ont parlé et continuent de parler d’elle, tout comme de présenter les différentes initiatives qui se sont développées notamment en France et aux États-Unis pour restaurer la figure d’Alice Guy. Nous disposons de nombreuses et diverses sources : biographies, documentaires, courts et longs métrages, articles de journaux, etc.

L’application de méthodologies de recherches multiples, mises en relation avec les différentes sources disponibles, a conduit à des résultats hétérogènes. De telles études se sont dans la plupart des cas cantonnées à isoler les sources d’information. Cette omission d’inclure toutes les différentes données disponibles a inévitablement conduit à des résultats contradictoires. L’objectif de ma recherche est justement de prendre en considération les différentes méthodologies et sources employées par les chercheur.euse.s précédent.e.s afin de mettre en évidence les méthodes les plus efficaces et les limites pour reconstituer le profil et la contribution artistique d’Alice Guy. Cette recherche a été complétée par une étude comparative de toutes les filmographies attribuées à Alice Guy, publiées en 1964 et 20125. Cette opération a permis de mieux comprendre les difficultés liées à l’attribution des films, difficultés dues au manque de ressources filmiques et papier, ainsi qu’aux informations contradictoires divulguées tant par Alice Guy elle-même que par ses collaborateurs et par les historien.ne.s du cinéma. Numériquement, les différences d’une filmographie à l’autre sont considérables. On passe en effet de 50 films à 570 en fonction des chercheur.se.s. mais aussi de l’année de publication de ces filmographies. Il est ici important de se rappeler que la différence notable d’une filmographie à l’autre est un trait commun à l’étude de cette période cinématographique, car les films n’ont souvent pas été correctement conservés, ont été détruits, perdus, ne sont pas visibles et les catalogues originaux sont inexacts, sans oublier l’anonymat dans lequel travaillaient les premier.ère.s auteur.trice.s de films. J’ai par la suite essayé de comprendre à quels documents les différent.e.s chercheur.se.s ont eu accès au moment de l’attribution des films, documents dont le chiffre sans cesse croissant au fil du temps a permis d’observer une augmentation du nombre de films attribués à la réalisatrice. Il est donc essentiel de croiser l’accessibilité des archives, des documents filmiques et papiers, aux filmographies attribuées à Alice Guy par les historien.ne.s, car on ne peut tirer des conclusions par la seule étude comparative de ces filmographies.

Alice Guy, affiche du film The Lure, 1914. Film aujourd’hui disparu.

Enfin, la troisième partie de la recherche sera consacrée à l’analyse de la filmographie française d’Alice Guy, à travers la notion de préjugé et de type. Les débats et polémiques autour de son travail ont détourné les chercheur.se.s des œuvres mêmes de la réalisatrice. Il est important aujourd’hui de revoir ses films à travers un regard neuf. Utiliser le prisme des préjugés et des typologies de personnages surtout féminins permet de recentrer la production cinématographique d’Alice Guy au sein de son contexte historique et artistique. Le cinéma des origines faisait en effet un large usage des préjugés et des typologies fixes de personnages, « la construction des sujets féminins dépendait surtout de ce mode de représentation, témoignant d’une vision patriarcale au sein du médium alors naissant du cinéma » (Pierre Chemartin et Nicolas Dulac, « La femme et le type : le stéréotype comme vecteur narratif dans le cinéma des attractions », dans Cinémas, Revue d’études cinématographiques, 2006). Cependant, les préjugés ne peuvent pas toujours être vus sous un jour systématiquement péjoratif, comme étant soit simplificateurs, soit rigides. Ils agissent également comme des vecteurs narratifs, et sont un élément fondamental de notre structure cognitive, nous permettant de saisir des informations complexes provenant de notre environnement. L’étude critique des préjugés et des genres au sein du cinéma des premiers temps permet de comprendre les spécificités de cette période cinématographique, mais aussi de cerner la création et la déconstruction des préjugés de genre d’une époque donnée au moyen du septième art dont les règles restaient encore à codifier.

Alice Guy, Madame a des envies (extrait), 1906.

L’analyse filmique se concentrera sur trois grandes thématiques : premièrement, le personnage de la fée et sa corporalité, à travers des films comme La Fée aux choux, Sage-femme de première classe, La petite magicienne, La fée printemps et Ballet libella ; deuxièmement, les films comiques, avec l’analyse du préjugé et du type, ainsi que du cross-dressing, comme dans Madame a des envies ; Les résultats du féminisme ; La femme collante et Le Matelas alcoolique. Ces films seront vus et analysés au prisme de la culture visuelle de la Belle Époque, puisque les cinéastes puisaient leurs sources visuelles de leur environnement artistique comme le théâtre, les caricatures, les cartes postales, etc.

https://www.youtube.com/watch?v=qS22S5MTHoI&ab_channel=Iconauta
Alice Guy, La Fée au choux (extrait), 1900 (et non 1896 comme indiqué).

L’objectif de la recherche est ainsi celui de (re)découvrir la première cinéaste femme du monde, son travail, sa vision de la société ainsi que la trajectoire exceptionnelle de sa carrière. Il est essentiel de faire le point sur son historiographie et sur l’accessibilité des archives afin de comprendre le résultat de 70 ans de recherches, de débats et polémiques autour de sa figure.

Coraline Refort



Citer ce billet
coralinerefort (2023, 13 février). Les débuts d’Alice Guy au cinéma, la restauration d’une histoire (1896-1907). ARTS ET REPRÉSENTATIONS QUEERS. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cz82

  1. Les phonoscènes sont les premiers films sonores de l’histoire du cinéma : « Ce n’était pas le parlant tel que vous le connaissez ; la voix de l’artiste (chanteur, diseur), la musique de danse étaient enregistrées aux ateliers, les artistes passaient ensuite au studio, où ils répétaient leur rôle jusqu’à l’obtention d’un synchronisme parfait avec l’enregistrement du phonographe. On prenait alors la vue cinématographique. Les deux appareils (phono et ciné) étaient réunis par un dispositif électrique qui en assurait le synchronisme ». Alice Guy, Autobiographie d’une pionnière du cinéma 1873-1968, Denoël/Gonthier, Paris 1976, p. 87. Les chanteurs interprétaient donc leur chanson qui était enregistrée sur un disque, puis chantaient en playback devant une caméra. Les deux appareils étaient ensuite reliés pour être projetés en même temps. []
  2. Francis Lacassin, « Alice Guy, la première femme réalisatrice du monde », dans Cinéma 71, n° 152, 1971, pp. 47-56 ; Francis Lacassin, « Out of Oblivion: Alice Guy-Blaché », dans Sight and Sound, 40, 3 (Summer 1971), pp. 151-154 ; Francis Lacassin, Pour une contrehistoire du cinéma, Union générale d’éditions, Paris 1972. []
  3. Alice Guy, Autobiographie d’une pionnière du cinéma 1873-1968, Denoël/Gonthier, Paris 1976. []
  4. Fédération internationale des archives du film, fondée à Paris en 1938? Elle rassemble des institutions (surtout des cinémathèques et musées) vouées à la sauvegarde des films à la fois en tant qu’art et en tant que documents historiques. []
  5. Jean Mitry, Filmographie universelle, IDHEC, Paris 1964, t. II. ; Francis Lacassin dans Alice Guy, Autobiographie d’une pionnière du cinéma (1873-1968), Denoël/Gonthier, Paris 1976 ; Frédérique Moreau dans Philippe d’Hugues et Dominique Muller, Gaumont, 90 ans de cinéma, Ramsay, Paris 1986 ; Victor Bachy, Alice Guy-Blaché, 1873-1968, La première femme cinéaste du monde, Institut Jean Vigo, Perpignan 1993 ; Maurice Gianati, Laurent Mannoni, Alice Guy, Léon Gaumont et les débuts du film sonore, John Libbey Publishing LTD, New Barnet 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search