La tridimensionnalité chez Tarek Lakhrissi

Depuis l’avènement de la notion d’artiste plasticien·e, nous pouvons questionner la façon d’aborder la notion sculpturale dans l’art contemporain. C’est à partir de 1965, avec l’exposition When Attitudes Become Form mise en place par Harald Szeeman, que nous pouvons considérer que l’art tridimensionnel, par l’innovation dans ses formes et l’utilisation de nouveaux matériaux, trouve son origine dans l’art contemporain post-années 1950. L’artiste innove, expérimente de nouvelles façons d’utiliser les matières de base pour la sculpture, comme avec la cire ou la pierre ; ou bien, iel se détache de ces matériaux qualifiés de “nobles” et cherche des matériaux considérés comme moins nobles (comme le plastique, l’acier, le polyuréthane ou encore le carton :des matériaux dont nous n’aurions jamais imaginé l’utilisation). Mais l’art tridimensionnel n’est pas seulement une question de matières et de formes, c’est également une notion d’espace. La sculpture n’est plus construite par le sculpteur mais par l’artiste plasticien dont l’espace est le  principal matériau.

Nous avons décidé d’analyser l’œuvre et la pratique de l’artiste contemporain et actuel Tarek Lakhrissi dans le questionnement de l’art tridimensionnel.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Figure-1-edited-1.png.
Tarek Lakhrissi, Sick Sad World, 2020. Installation en collaboration avec Theo Demans et performance avec bois, polystyrène, tissu, métal, mousse de polyéther, polyuthérane, pigments, plâtre acrylic. Wiels, Bruxelles. Photo de Philippe de Gobe

La première œuvre marquante est Sick Sad World de 2020. C’est une œuvre qui reprend l’espace de la chambre d’adolescence, par l’installation d’un lit retravaillé pour répondre à l’univers souhaité. En effet, la sculpture figurative du lit est dans sa partie globale un matelas et un sommier travaillé de façon à être analogue à une roche volcanique munie de cristaux et d’écailles, qui sont représentées par des faux ongles. Ces matières à la fois rugueuses et sèches s’opposent au satin doux et coloré de rose et bleu qui recouvre le matelas1. Sur ce satin se trouve le titre de l’œuvre brodé. Mais Sick Sad World, qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ? En vue de la date de création de l’œuvre, nous pouvons penser que c’est une œuvre en lien avec la pandémie du Covid-19 et des confinements répétitifs qu’elle a causés. Coincé·e·s dans nos lits dans un monde malade. Pourquoi pas.

Performance de Joshua Serafin sur Sick Sad World de Tarek Lahkrissi.

Tarek Lakhrissi est un artiste plasticien, formé en études de lettres et de théâtre. Pouvons-nous réellement penser que cette œuvre est seulement une création réceptive des évènements récents ? Bien que les événements l’aient inspiré, Sick Sad World est une création plus complexe qu’a priori. L’artiste conçoit le lit comme une scène qui devient un espace performatif. L’espace se trouve alors doublement occupé de manière pérenne par l’installation sculpturale et de manière temporaire pendant quarante minutes lors de la performance, activée par Joshua Serafin. La tridimensionnalité se trouve ici par une installation qui se voit à la fois sculpture et scène performative par un corps qui occupe l’espace dans une atmosphère particulière, car accompagné de musique et d’un poème. L’univers évoqué par le lit est celui de Daria Monrgendorffer, personnage principal de la série télévisée américaine Daria, datant de 1997 et dans laquelle elle regarde une série nommée “Sick Sad World”. Ce lit fait également référence à la chambre d’adolescence, comme mentionnée plus tôt. Mais qu’est ce qu’une chambre d’adolescence ? Pour Tarek Lakhrissi c’est un espace de découverte, notamment celui de la construction identitaire. Cette notion d’identité s’inscrit dans la pratique queer de l’artiste. En effet, la chambre est un lieu où les sentiments d’ambivalence et ceux face à la vie font surface. Un espace où le désir de vivre dans la non-conformité prend sa genèse, un espace où l’on prend conscience du rôle que nous jouons et de l’être que nous sommes réellement. Cet espace se veut alors à la fois réaliste, par l’allusion à l’espace qui est celui de la chambre, et fictif, par l’appropriation de références de la pop-culture mais également par l’espace illusionniste du rêve. Le lit réalisé en collaboration avec Théo Démans amène Tarek Lakhrissi à concevoir la performance. La sculpture concrète entraîne une tridimensionnalité abstraite.

Tarek Lakhrissi, Caméléon Club, 2009. Vue de l’installation à La Galerie CAC, Noisy-le-Sec. Photo de Pierre Antoine.

Ces notions de pérennité, d’abstraction et d’éphémère se retrouvent également dans sa première exposition personnelle, Caméléon Club de 2019 se déroulant à La Galerie Centre d’Art Contemporain de Noisy-le-Sec. L’espace du bâtiment se transforme en différents lieux fictionnels où Tarek Lakhrissi s’approprie les salles du centre d’art pour en faire une seule et même atmosphère.

Dans cet espace devenu l’allégorie d’un vaisseau spatial, il convoque un système référentiel queer, minoritaire et poétique, qui tisse, au gré des œuvres et des invitations à habiter l’exposition, les contours d’une utopie-à-venir2.”

Tarek Lakhrissi, Caméléon Club, 2009. Vue de l’installation à La Galerie CAC, Noisy-le-Sec. Photo de Pierre Antoine.

L’outil premier de l’artiste plasticien est le langage. Le Caméléon Club est une surface où le langage devient performance, prend possession du lieu en s’immisçant sur les murs, le sol, le vide. Au sein des installations, les mots sont présents visuellement mais aussi sous forme sonore dans les salles de projection de films, ainsi que par le biais de performances et d’interventions. L’installation du Caméléon Club est une “exposition personnelle qui questionne la notion de seuil, d’identité et de frontière” ((Luquet-Gad, Ingrid, “Pour sa première expo solo, Tarek Lakhrissi questionne la notion de seuil, de frontière et d’identité”, dans Inrockuptibles, publié le 15 février 2019. En ligne : https://www.lesinrocks.com/arts-et-scenes/cameleon-club-de-tarek-lakhrissi-190223-15-02-2019/ )). L’artiste choisit alors de donner une ambiance désertique en lien avec le cosmos et les planètes mais aussi connectée à son identité arabe. Du sable orange est déposé dans des pièces et peut être déplacé par les visiteurs qui le déposent en dehors de ses lieux d’installation premiers. Les lumières orange, via un dispositif de néons, sont installées de façon géométrique. Les vitres quant à elles sont recouvertes d’un filtre jaune. L’artiste dans cette exposition s’inscrit dans l’art de la tridimensionnalité par l’atmosphère façonnée par les couleurs et la lumière. L’espace envahi par cette lumière jaune-orange se trouve également occupé par la présence d’autre médiums tels que la vidéo, la performance, le film, la sculpture avec un agencement pyramidal, ainsi que de nouveaux dispositifs d’art textuel.

Tarek Lakhrissi, Caméléon Club, 2009. Vue de l’installation à La Galerie CAC, Noisy-le-Sec. Photo de Pierre Antoine.
Tarek Lakhrissi, A horn is a thorn is a horn (détail), 2021. Six plaques en polycarbonate, impression UV. 120 x 90 x 0,5 cm chacune. Exemplaire unique. Photo de Flavio Pescaroti.

Ce qui est intriguant et extraordinaire est cet apport sculptural à un médium faisant partie de l’édition. Les mots, les phrases, les poèmes ont dans Caméléon Club et Horn is a Thorn is a Horn ce côté pérenne propre à la sculpture. Les mots sont écrits, collés, imprimés sur des surfaces aux dimensions monumentales, si nous les comparons aux emplois habituels du texte. Tarek Lakhrissi s’inscrit dans la lignée des artistes contemporains qui ont utilisé le langage et l’écriture à partir des années 60.  Les mots sont analogues à la matière et le tissu ou le PVC, dans lesquels ils sont “sculptés”. Ces “sculptures textuelles” ou bien “sculptures poétiques” ont une dimension de légèreté, une dimension contraire à l’imaginaire sculptural dans des matériaux qualifiés de nobles. Chez Tarek Lakhrissi les poèmes sont suspendus, ils sont volants, ils sont dictés,  ils sont fragmentés. Le langage devient médium monumental.

L’installation des textes dans Caméléon Club est présente sur les murs pour entrer en corrélation avec l’atmosphère et l’installation générale. Certains poèmes sont suspendus, inscrits sur plexiglas ou un drap noir. Ils sont mis en mouvement par la suspension ou un ventilateur. Ces installations de texte sont à mettre en écho avec l’exposition  Flying On The Raven’s Wing lors du festival Horst, en Belgique en 2021. Dans une interview pour le média Vice, l’artiste explique son désir d’utiliser un médium transparent qui permet aux textes de s’inscrire dans l’architecture du bâtiment3.

Tarek Lakhrissi, Unfinished Sentence II, 2020. Installation de 30 lances en métal et performance avec des chaînes, couleur filtrée, haut-parleurs. Palais de Tokyo, Paris. Photo de Aurélien Mole.

La suspension a ce rôle performatif que l’on peut rapprocher à son œuvre Unfinished Sentence II. Unfinished Sentence II est une installation présentée lors de l’exposition Anticorps au Palais de Tokyo en 2020. Nous apercevons des formes en acier suspendues, des formes évoquant des armes. La suspension de ces formes dangereuses leur donne un côté léger. C’est là que réside toute la tension et l’admiration suscitées par les installations de Tarek Lakhrissi. Le corps entre en expérience, entre état contemplatif de formes légères et dérangement face aux douleurs qu’évoquent les armes (Annexe 5). “L’installation est conçue comme une phrase inachevée, comme une traduction de l’œuvre Les Guérilleres de Monique Wittig, comme un dialogue avec elle4”. La sculpture devient langage, traduction de mots, de phrases, de pensées. Les sculptures suspendues sont des lances, représentant des moyens de défense pour se défendre soi, pour se défendre en tant que groupe en minorités, marginalisé, afin de garder son identité5.

Tarek Lakhrissi, This Doesn’t Belong to Me, 2020. Polyuthérane, noyau métallique, résine epoxy, chaînes, terre noire. Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin. Photo de Domenico Conte.
Tarek Lakhrissi, Ordered, Horny and Horned, 2021. Vue de l’installation. VEDA, Florence. Photo de Flavio Pescatori.

Pour terminer nous aborderons This Doesn’t Belong to Me de 2020, œuvre sculpturale, ressortant d’un univers toujours fictif. Les sculptures en formes longilignes semblent être des organes, comme un appendice ou une langue. Elles sont exposées avec en guise de socle de la terre ou bien sont suspendues. Ici l’artiste conçoit une atmosphère de teinte rouge, faisant référence au feu, car les sculptures sont des queues de salamandres géantes. L’animal est choisi comme symbole de résistance6. Les matières utilisées sont des chaînes de métal, le polyuréthane et la résine. Nous rapprochons ces œuvres à des productions ultérieures de 2021 où l’artiste continue les sculptures par la matière de la résine avec des formes de langue, mais dans des dimensions plus petites. Tongue III, Tongue Song I ou encore Tongue V ont par la matière quelque chose de poétique, dans les couleurs, les formes et les nervures. Les formes des ces langues traduites par le médium sculptural renvoient également aux formes utilisées dans les sculptures en acier pour Unfinished Sentence II et Ordered, Horn and Horned.

L’art tridimensionnel se voit comme une extension de la pratique sculpturale, répondant aux nouvelles esthétiques en jeu. En prenant la pratique pluridisciplinaire de Tarek Lakhrissi la sculpture se fait à la fois par les matériaux et l’espace. L’artiste offre des œuvres qui fonctionnent par leurs installations, dans un ensemble commun qui est celui de l’espace. Tarek Lakhrissi s’inscrit dans une pratique de la tridimentionnalité avec des thématiques de l’identité et du queer. Nous avons hâte de voir ses futures œuvres et ses futurs projets.

Site de l’artiste Tarek Lakhrissi : https://tareklakhrissi.com/



Citer ce billet
Lina Merad (2022, 30 octobre). La tridimensionnalité chez Tarek Lakhrissi. ARTS ET REPRÉSENTATIONS QUEERS. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cz7v

  1. Planeix-Crocker, Madeleine, “Dérives avec Trek Lakhrissi” (entretien avec l’artiste), dans le cadre de Lafayette Anticipations, mis en ligne le 4 novembre 2021. En ligne : https://www.lafayetteanticipations.com/fr/manifestation/derives-avec-tarek-lakhrissi []
  2. Citation provenant du site de La Galerie :  http://archive.lagalerie-cac-noisylesec.fr/exposition/cameleon-club/ []
  3. Propos de l’artiste, in Vennekens, Romain, “De la chair et des corps après des mois interminables de distance”, dans Vice, publié le 15 juillet 2021. En ligne : https://www.vice.com/fr/article/93yzda/expo-horst-corps-apres-des-mois-interminables-de-distance : “Je voulais vraiment prendre en considération tous ces éléments et réfléchir à comment les pièces pouvaient entrer en tension et créer un décalage. Ça m’a par exemple permis d’avoir un travail sur la transparence. Les plaques en plexiglas sur lesquelles sont imprimées le texte révèlent l’architecture et permettent au texte de trouver une place dans le lieu.” []
  4. Propos de l’artiste dans son interview avec le Palais de Tokyo. Voir Palais de Tokyo, “Interview Tarek Lakhrissi, artiste de l’exposition Anticorps”. En ligne : https://palaisdetokyo.com/ressource/interview-tarek-lakhrissi-artiste-de-lexposition-anticorps/ []
  5. Idem. []
  6. Hofer, Thibault, “”À plusieurs (en débat)”, dans Art Press, publié le 20 juillet 2021. En ligne : https://www.artpress.com/2021/07/20/a-plusieurs-en-debat/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search