Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 2/2

Isabelle Alfonsi

À l’occasion du séminaire “Art contemporain (XXe-XXIe siècle) : politique d’écriture” de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne différents textes considérés comme fondateurs des études de genre ont été étudiés et parmi eux Pour une esthétique de l’émancipation d’Isabelle Alfonsi que nous avons étudié à deux et dont je vous présente aujourd’hui mes réflexions.

En raison de la longueur de la réflexion, l’article a été scindé en deux parties ; vous pouvez retrouver la première partie ici.

Continuer la lecture de « Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 2/2 »

Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 1/2

Isabelle Alfonsi, Pour une esthétique de l’émancipation, Éditions B42, 2019.

À l’occasion du séminaire “Art contemporain (XXe-XXIe siècle) : politique d’écriture” de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne différents textes considérés comme fondateurs des études de genre ont été étudiés et parmi eux Pour une esthétique de l’émancipation d’Isabelle Alfonsi que nous avons étudié à deux et dont je vous présente aujourd’hui mes réflexions.

En raison de la longueur de la réflexion, l’article a été scindé en deux parties. Vous pouvez retrouver un lien vers la seconde partie à la fin de celui-ci.

Continuer la lecture de « Pour une critique de “Pour une esthétique de l’émancipation” d’Isabelle Alfonsi – 1/2 »

Queering Brussels, apprendre à porter un regard queer sur l’architecture

Peu d’expositions ont eu lieu au sujet d’une approche queer de l’architecture, alors que la recherche sur le sujet se fait depuis les années 1990 et qu’elle continue encore aujourd’hui. En témoignent des thèses et mémoires récents : Queer(ing) architecture : De l’espace queer à la queerisation de l’espace (Mahé Cordier-Jouanne, 2019), Théories queer et architecture : (Re)lecture et queerisation d’un espace domestique (Romain Jamoulle, 2022) ou encore Closet architecture : Reflections on the queer domestic interior (Zach Ropel Morski, 2022) sont autant de titres qui ouvrent des perspectives nouvelles sur l’architecture et le design d’intérieur.

Conscient du manque de diffusion des savoirs dans ce domaine, le collectif Architecture qui dégenre a proposé une exposition aux Halles Saint-Géry de Bruxelles, dans le cadre des journées du Matrimoine 2022, afin de faire connaître les artistes qui travaillent la question d’un regard queer sur l’architecture et les espaces construits : Queering Brussels. Le titre nous renseigne d’emblée sur le positionnement de l’exposition par rapport à l’historiographie : “Queering” indique l’action de queeriser et “Brussels” délimite un espace, celui de l’espace public dans la ville, et plus spécifiquement dans une métropole européenne. Queering Brussels sous-entend qu’aucun espace n’est queer par essence mais que c’est l’action des personnes queers qui lui donne cette coloration subversive.

Ainsi, l’exposition des Halles Saint-Géry met en lumière un pan de l’histoire de l’art queer peu connu du grand public, dans une volonté d’ouvrir les imaginaires des visiteur•es. Mais la médiation de cette exposition, qui se veut être une ressource pour découvrir des approches queers de l’architecture, pose le problème de l’accessibilité pour un public peu informé.

Continuer la lecture de « Queering Brussels, apprendre à porter un regard queer sur l’architecture »

La tridimensionnalité chez Tarek Lakhrissi

Depuis l’avènement de la notion d’artiste plasticien·e, nous pouvons questionner la façon d’aborder la notion sculpturale dans l’art contemporain. C’est à partir de 1965, avec l’exposition When Attitudes Become Form mise en place par Harald Szeeman, que nous pouvons considérer que l’art tridimensionnel, par l’innovation dans ses formes et l’utilisation de nouveaux matériaux, trouve son origine dans l’art contemporain post-années 1950. L’artiste innove, expérimente de nouvelles façons d’utiliser les matières de base pour la sculpture, comme avec la cire ou la pierre ; ou bien, iel se détache de ces matériaux qualifiés de “nobles” et cherche des matériaux considérés comme moins nobles (comme le plastique, l’acier, le polyuréthane ou encore le carton :des matériaux dont nous n’aurions jamais imaginé l’utilisation). Mais l’art tridimensionnel n’est pas seulement une question de matières et de formes, c’est également une notion d’espace. La sculpture n’est plus construite par le sculpteur mais par l’artiste plasticien dont l’espace est le  principal matériau.

Nous avons décidé d’analyser l’œuvre et la pratique de l’artiste contemporain et actuel Tarek Lakhrissi dans le questionnement de l’art tridimensionnel.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Figure-1-edited-1.png.
Tarek Lakhrissi, Sick Sad World, 2020. Installation en collaboration avec Theo Demans et performance avec bois, polystyrène, tissu, métal, mousse de polyéther, polyuthérane, pigments, plâtre acrylic. Wiels, Bruxelles. Photo de Philippe de Gobe
Continuer la lecture de « La tridimensionnalité chez Tarek Lakhrissi »

Périphéries queer : la théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ?

Compte-rendu de l’intervention d’Antoine Alario du 2 juin 2022 lors de la journée d’étude organisée par Sorbonne Université « Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries. Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres »

Continuer la lecture de « Périphéries queer : la théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ? »

Ateliers genre et queer : un compte-rendu

Nous revenons sur les ateliers « Ce que le genre fait à l’histoire de l’art » et « Pour une histoire de l’art queer », ces deux ateliers ont pris place dans le cadre du congrès Rotondes organisé par l’IHNA les 21 et 22 octobre 2021. Le premier a été animé par Eva Belgherbi (École du Louvre – Université de Poitiers), Justine Bohbote (élève conservatrice du patrimoine) et Julie Botte (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3). Le second est animé par Marion Cazaux (Université de Pau et des Pays de l’Adour) et Quentin Petit Dit Duhal (Université Paris Nanterre). Nous choisissons de présenter dans un même texte le compte rendu de ces deux séances, les propos se complétant et se répondant.

Au cours de ces deux ateliers, les intervenant·e·s sont revenu·es brièvement sur les théories de l’histoire de l’art féministe et queer. Elle·il·s ont ensuite analysé la pénétration de ces théories dans l’histoire de l’art en France. Enfin, elle·il·s ont proposé des pistes de réflexions pour mieux intégrer ces analyses.

Nous pouvons voir une problématique saillir de ces deux ateliers : comment repenser l’histoire de l’art à l’aune du genre ?

Continuer la lecture de « Ateliers genre et queer : un compte-rendu »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 2/2 »

Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2

Écrire à l’encre violette – Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

De Aurore Turbiau, Alex Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin aux Éditions Le Cavalier Bleu. Préface de Suzette Robichon. Postface de Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici

Éditions Le Cavalier Bleu

Introduction en ligne.

Continuer la lecture de « Critique violette de “Écrire à l’encre violette” 1/2 »

Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah

Magnus Hirschfeld, sexologue et fondateur du Comité scientifique humanitaire. 
Lotte Hahm, directrice de plusieurs clubs lesbiens à Berlin comme le Violetta. 
Egon Wüst, danseur et chorégraphe, envoyé à Dachau. 
Selma Engler, fondatrice de la revue lesbienne Die BIF (Blätter Idealer Frauenfreundschaften) et directrice de clubs lesbiens. 
Sergej Nabokov, intellectuel, condamné plusieurs fois pour son homosexualité. 
Robert Oelbermann et Rudi Pallas, tous deux arrêtés pour homosexualité, ils fondent des actes de résistances avec des déportés homosexuels et politiques. 
Gertrude Sandmann, artiste peintre, simule son suicide pour échapper à la déportation et reprend son activité de peintre après la guerre. Elle fonde également le groupe L74 et publie le magazine lesbien UKZ
Erika et Klaus Mann, intellectuelles et artistes, résistantes, fuient aux Etats-Unis. 
Walter Richter, berlinois qui aime se travestir, est dénoncé et condamné. 
Joseph Regisser, commerçant à Strasbourg, condamné pour homosexualité. 
Martha Mosse, juive et lesbienne, elle est la première femme commissaire de police de Prusse en 1926. En 1943 elle est déportée mais bénéficie d’un statut privilégié et retrouve sa compagne Erna Stock en 1945. 
Chawa Zloczower alias Eva Adams alias Eva Kotchever, est une polonaise, émigrée aux Etats-Unis, elle ouvre son café-salon littéraire et publie Lesbian Love, qui lui vaudra sa condamnation et son expulsion en Pologne en 1927. Échappant à son destin, elle se réfugie à Paris, mais est arrêtée en 1943 et déportée à Auschwitz, où elle est assassinée. 
Josef Kohout, rescapé grâce à sa relation intime avec un kapo. 
Rudolf Brazda, ancien « triangle rose », il est relâché et témoigne de son vécu pendant les persécutions du régime nazi. 
Claude Cahun, artiste et résistante iel est condamné·e avec sa compagne Marcel Moore et libéré·es en 1945. Roger Stéphane résistant, il devient journaliste et co-fonde L’Observateur en 1950.

Eva-Chawa Zloczover et Hella Ollstein

Voici une énumération de personnes, avec de brefs éléments biographiques. Ces personnes sont des homosexuels, lesbiennes, queers, de l’entre-deux-guerres. Dans son exposition Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie, Florence Tamagne, historienne spécialiste de l’histoire culturelle, du genre et de l’homosexualité et ses représentations, ainsi que maitresse de conférence à l’Université de Lille, nous invite à découvrir la vie, mais surtout à réintégrer la place, des homosexuels et lesbiennes, lors de l’Europe Nazie.

Continuer la lecture de « Une réintégration d’histoires souvent oubliées : compte rendu de l’exposition “Homosexuels et lesbiennes dans l’Europe nazie” au Mémorial de la Shoah »

Assembler son intimité. Marina Abramović (1946-). Rebecca Horn (1944-).

« L’intimité semble tracer une sphère enchantée, qui serait celle du sujet avec ses affects, ses pensées, son discours intérieur ; mais en réalité, c’est un jeu de miroirs, de dédoublement et de complicité avec soi-même et avec quelqu’un ou quelque chose d’autre »

Jean Baudrillard

L’intime, quand il est employé par des artistes dans le cadre plastique, littéraire, filmographique, a ce pouvoir de toucher universellement, car il dégage un paradoxe entre le privé et le public, l’intérieur et l’extérieur, mais aussi avec l’implication de l’artiste qui formule une distance1. Or, qu’est ce qui relève de l’intime ? Vous pouvez penser à la sexualité, aux identités, aux origines, aux désirs, à la famille, aux corps, à un lieu en particulier, aux goûts… Mais il faut remettre en cause que l’intime se développe en fonction de notre perception, de notre société, de notre éducation. Depuis les années 60, l’intime voit son essor dans l’art, notamment avec les expositions, qui cherche à revendiquer quelque chose. L’intime se voit utiliser comme vecteur d’une lutte face aux normes sociales.

Urs Lüthi, Tell Me Who Stole Your Smile n°1, 1974. Jacques Damez, La 25ème heure : l’autoportrait inaccessible, 1990. Vue de l’exposition Entre intime et autoportrait [Un temps dilaté], du 19 septembre au 15 novembre 2015. Crédits photographiques : Lioner Fourneaux, Courtesy Galerie La Réverbère et Collection IAC, Rhône-Alpes.
Continuer la lecture de « Assembler son intimité. Marina Abramović (1946-). Rebecca Horn (1944-). »
  1. ROUILLE André, La photographie, Entre document et art contemporain, Gallimard, coll. Folio essai, 2005. pp.564-579 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search