QUEER : entre esthétique et politique. Introduction à une exposition à venir

« QUEER : entre esthétique et politique » est une exposition qui prend la suite de deux autres intitulées « We are here, We are queer » montées en 2019 et 2020 sur l’université de Pau et des pays de l’Adour. Je les ai organisées avec l’aide d’ami-es, et pour la dernière je serai accompagnée de 8 stagiaires. Cette édition est programmée pour le mois de mars 2022, sur le campus palois, dans une cité universitaire mais aussi dans la médiathèque André Labarrère, située au centre-ville de Pau.

Vajinette par La Méandre
Le Sebum par Zhaopeng Zhong, 2020

La multiplicité des lieux nous permet de toucher des publics que nous n’avions pas rencontrés auparavant. L’exposition uniquement dans l’université nous avait focalisé sur les étudiant-es et nous avions adapté notre discours à ces dernier-es. L’annexe à la médiathèque va nous offrir une médiation plus large. L’établissement ayant des partenariats avec des associations et institutions nous allons même pouvoir animer des visites guidées dédiées aux public 3e âge et aux patient-es du CHP (centre hospitalier des Pyrénées, hôpital psychiatrique). La confrontation d’un public non averti avec les questionnements politiques et visuels LGBTI est un vrai défi sur le plan de la médiation : nous devons expliquer et justifier notre projet en entier. Une fois légitimer, il est nécessaire d’expliquer le vocabulaire, le contexte ainsi que les pratiques artistiques montrées tout au long de l’exposition. La place de la fiche de salle, des cartels mais aussi du site dédié sera bien plus central que pour les dernières éditions.

En partenariat avec AIDES, nous construisons un projet qui ne s’arrête pas à l’exposition, mais qui comprend une conférence sur l’art queer que j’animerai, des cafés-débat tenus par des militant-es associatifs, ainsi que des projections-débats de films LGBTI. Le but étant de proposer du contenu diversifié afin d’appréhender les questionnements LGBTI et queer de façon diversifiée.

Enza Fragola, Autoportrait, 2020 Maison

L’exposition en elle-même propose des photographies d’artistes drag français-es, que nous avons choisi-es pour leur diversité, la qualité de leur travail et la finesse de leur personna Notre objectif est de sortir de l’idée préconçue du travestissement de genre et de la performance d’un changement de genre. Autour de figures comme Vajinette de la Vologne ou Babouchka Babouche, nous pourrons aborder l’imagerie et l’humour camp, propre à la culture homosexuelle. L’école club kid sera représentée notamment par Daemon Schiele et Le Sébum de la house LaGrave à Toulouse. Enza Fragola présente un drag narratif, où le do it yourself tient une place importante et dans la suite de toute une histoire du drag « maison », mêlant les questions de classe à la pratique du drag. Enfin, Morphine Blaze est une figure très importante des femmes qui font du drag queen, et cela illustrera tout un discours autour de la transcendance du travestissement et de sa nécessaire re-définition. Nous rassemblons une quarantaine d’artistes dans ce projet, et nous sommes très fier-es qu’iels aient accepté de nous faire confiance pour exposer leur travail.

Morphine Blaze par Oihana Ospital

En plus des photographies, nous aurons des tablettes et des écrans pour la lecture de playlist de performances. Le public, à n’importe quel moment, pourra apprécier la pratique du drag en tant que spectateur et spectatrice. Les vidéos sont essentielles en cela qu’elles transmettent l’incarnation du drag, sa mise en place et sa narration. Les spectacles drag peuvent être très flous pour un public non averti, et cela viendra compléter les explications.

Nous exposerons aussi des éléments concrets des personna drag, comme des perruques de l’artiste Schlampakir von Fickdich.

Schlampakir par Oihana Ospital

Il est essentiel pour nous de permettre à un public éloigné du milieu drag d’apprendre à connaître cette pratique, tant pour de dédiaboliser les cultures LGBTI que pour démocratiser une pratique artistique. Ces expositions sont un des seuls moments de monstration de la culture queer dans notre ville ; étant de taille moyenne nous n’avons pas de centre culturel LGBTI ni de scènes drag propre. C’est un espace qui crée des rencontres entre jeunes personnes LGBTI, où parfois même les parents accompagnent leur enfant LGBTI et se frottent à sa culture communautaire. La création de cet espace-temps hors de la culture dominante peut se traduire par une hétérotopie temporaire, où les règles de l’extérieur ne s’appliquent pas, où les violences LGBTIphobes n’ont pas lieu d’être et où nous sommes particulièrement attentifs-ives au respect et à l’accessibilité. Nous n’acceptons aucun lieu d’exposition qui ne soit pas accessible au public PMR, le site internet nous permettra de créer un espace de lecture pour les personnes éloignées géographiquement et nous prévoyons des QR codes renvoyant à des vidéos explicatives pour les personnes ne pouvant pas utiliser les explications écrites.

L’expérience et les retours faits lors de nos précédentes expositions sont essentielles dans l’amélioration de notre pratique curatoriale, nous ne pouvons répéter des erreurs qui mettent de côté une partie du public intéressé. Nous sommes fier-es de pouvoir présenter ce type d’événement dans notre ville, et de pouvoir compter sur nos partenaires logistiques et financiers (la ville de Pau, l’université de Pau, le CROUS Bordeaux et la région Nouvelle-Aquitaine).

Article de Marion Cazaux


Une réponse sur “QUEER : entre esthétique et politique. Introduction à une exposition à venir”

  1. Je viens de capter que c’était ton exposition qu’on voulait exposer pendant le mois féministe de la BAFFE ! Quel beau projet que cette hétérotopie temporaire, bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.