Deux artistes lesbiennes à la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet (1909-1917)

Ethel Mars & Maud Hunt Squire, créer et vendre en couple : le cas de la collection d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

1898, Department of Image Collections, National Gallery of Art Library, Washington, DC

S’il y a vingt-et-une femmes artistes présentes dans les collections d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie formées par Jacques Doucet et ses collaborateur-ices, ce sont les deux artistes américaines Ethel Mars (1876-1959) et Maud Hunt Squire (1873-1954) qui nous intéressent dans ce billet.

Issue du livre de Catherine Ryan, Maud Hunt Squire et Ethel Mars à South Beach, Staten Island, 30 avril 1901

Car c’est en couple que ces deux artistes vendent des œuvres à la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Cette entreprise, menée par le mécène et couturier Jacques Doucet (1853-1929) est ouverte dès 1909, avant d’être donnée à l’Université de Paris en 1917. Ce contexte nous intéresse particulièrement en ce qu’il révèle l’achat d’œuvres d’artistes lesbiennes étrangères destinées à figurer aux côtés de « grands noms » d’artistes européen-nes tels que Käthe Kollwitz, Marie Laurencin ou Edgar Degas, dans une collection française à destination publique au début du XXe siècle.

L’étude que j’ai menée sur la formation des cabinets d’arts graphiques de la Bibliothèque et la présence de femmes artistes dans celle-ci révèle la quête d’une certaine mixité des références que cette collection entend léguer à la postérité de l’étude de la discipline, alors naissante, qu’est l’Histoire de l’art. C’est en effet dans la première bibliothèque française spécialisée dans ce sujet que figurent les œuvres de ces deux artistes.

Dès lors, il est important de souligner le lien qui existe entre elles, tant pour leurs créations que pour les acquisitions de Jacques Doucet et ses collaborateur-ices qui achètent des œuvres à un couple de créatrices. Ce sont aussi les réseaux plus larges qui les entourent et qu’elles fréquentent dans la capitale française, qui mènent à des pistes de réflexions très riches quant au genre des artistes présentes dans cette collection ainsi que l’inclusion de ces deux artistes lesbiennes dans le fonds.

Portrait d’Ethel Mars retouché au crayon par elle-même (Photo issue du livre de Catherine Ryan)

C’est au Salon d’Automne, vrai lieu de visibilité et de promotion pour les artistes, que Doucet remarque les deux artistes. Il y achète certaines des planches qu’elles présentent1 . L’intérêt qu’il porte à leurs œuvres ne faiblit pas avec le temps puisqu’il en achète d’autres entre 1912 et 1913.

N’ayant pas d’inventaires de ce que les collections d’arts graphiques contiennent, il est ardu de connaître le nombre précis des achats de la Bibliothèque au couple, ni le ratio entre leurs œuvres et celles des autres artistes. Néanmoins, il transparaît de la correspondance qu’Ethel Mars et Maud Hunt Squire entretiennent avec la Bibliothèque, que cet intérêt est partagé sur le long terme2 . Celles-ci écrivent, en effet, au conservateur responsable de la collection d’estampes modernes, Noël Clément-Janin, pour lui proposer leurs gravures en lots relativement conséquents.

Maud Hunt Squire à Provincetown, vers 1918 (Photo issue du livre de Catherine Ryan)

S’agissant de la pratique artistique du couple, les deux artistes n’ont pas la même technique de prédilection. Si elles sont toutes deux aussi peintres, Ethel Mars pratique surtout la gravure sur bois et Maud Hunt Squire, l’eau-forte. Cette différence est révélatrice sur plusieurs points. Tout d’abord, elle s’inscrit dans l’intérêt porté par la Bibliothèque d’art et d’archéologie pour les différentes techniques de la gravure qu’elle entend vouloir présenter dans toute sa diversité. Mais c’est aussi à travers les archives – et notamment les factures – que nous trouvons de précieuses informations. Celles-ci sont parfois communes3 et nous montrent des différences de prix entre les œuvres acquises. De fait, les gravures sur bois d’Ethel Mars sont vendues moins cher que les eaux-fortes de Maud Hunt Squire, la différence s’élevant à une cinquantaine de francs de l’époque. Notons toutefois que, dans certains cas, ce sont aussi des lots d’épreuves qui sont achetés par la Bibliothèque et que pour ceux-ci le prix est commun. C’est le cas en 1913, quand les deux femmes acceptent le prix de 50 francs par œuvres et qu’un bon de 300 francs leur ait envoyé4 . Nous remarquons ainsi qu’un certain nombre d’achats est fait par la Bibliothèque au couple d’artistes et que ses collections s’enrichissent de leurs œuvres au cours du temps.

Une histoire de rencontres et de voyages

C’est à l’Art Academy de Cincinnati, dans l’Ohio, qu’Ethel Mars et Maud Hunt Squire se rencontrent5 . Elles s’y font une amie, la graveuse Edna Boies Hopkins – dont les œuvres sont aussi présentes dans la collection de la Bibliothèque d’art et d’archéologie – avec qui elles partent en France dès 1905. Les trois artistes s’installent donc à Paris, boulevard Saint-Jacques. Edna Boies Hopkins habite avec son mari l’artiste James Roy Hopkins au numéro 51, Ethel Mars et Maud Hunt Squire au numéro 396.

A travers leurs relations nouées dans la capitale française, c’est tout un réseau d’américaines lesbiennes, mais aussi féministes, qui se révèle. Celui-ci se noue notamment à Paris au début du XXe siècle. En effet, les trois artistes fréquentent Gertrude Stein, fameuse écrivaine et poétesse qui est au cœur de la vie artistique parisienne aux côtés de sa compagne Alice B. Toklas7 . Une autre artiste, dont les œuvres sont aussi acquises par la Bibliothèque, Anne Goldthwaite est ici à évoquer. Cette dernière est une artiste militante féministe qui voyage à Paris dès 19068 . Gravitant dans le cercle de Gertrude Stein, elle fréquente aussi la très célèbre librairie Shakespeare & Company, créée par Sylvia Beach et sa compagne Adrienne Monier et ouverte dès 1919, qui est un vrai lieu de rencontres et d’échanges artistiques9 .

p.31 du livre de Catherine Ryan
p.30 du même livre
















Elles fréquentent aussi les autres américaines venues à Paris avec l’American Girl’s Club, qui prônait une « rectitude morale » et « une contre-force contre la vie de bohème des jeunes américaines dans la ville », ce qu’elles gardèrent bien de faire. C’est ce que souligne Janet Flint, en écrivant qu’elles « Embrassent la vie de bohème de Paris… avec beaucoup plus de zest et de panache que la plupart de leurs collègues conservateur-ices10 ».

Concentrons-nous maintenant sur le duo que forment Ethel Mars et Maud Hunt Squire en tant que créatrices. En effet, au cours de leurs voyages dans différentes régions de France, les deux artistes représentent des vues de villes. Nous en voyons un exemple quand Maud Hunt Squire propose à la Bibliothèque des « sujets Bretons11 ».

Photo des œuvres de Maud Hunt Squire issue du livre de Catherine Ryan

Reparties aux Etats-Unis pendant la Première Guerre Mondiale – période pendant laquelle elles intègrent le groupe des Provincetown Printers, auquel elles ont donné une certaine visibilité, par leur propre réputation internationale12 – elles s’installent ensuite pour de bon dans le Sud de la France. Là-bas les deux compagnes représentent notamment des scènes de cafés ou de ports dans leurs œuvres13 .

Ce sont par les mots d’Hutchins Hapgood que j’ai appris l’affranchissement du couple, dont il souligne l’indépendance : « two maiden laidies, both painters, who had been in Provincetown. `Maison ladies` does not fairly describe these two, who were known as Mars and Squire and who led a life independent of man’s conventions14 . » Cet aspect montre leur force d’indépendance, qui se traduit également par leur apparence physique, qu’elles aiment changer. Maud Hunt Squire est par exemple décrite comme « stylée » et « excentrique » par sa nièce et Mars se parant dans un « style personnel15 ».

Ethel Mars, titre inconnu,vers 1916-1920, gravure sur bois, (Provincetown) (Photo issue du livre de Catherine Ryan)
Ethel Mars, Maud Hunt Squire et une personne non identifiée, vers 1930 (Photo issue du livre de Catherine Ryan)

Elles apparaissent sous les traits de Miss Furr et Miss Skeene, dans le titre éponyme du texte de Gertrude Stein16 . Dans son écrit, Stein insiste sur la répétition du mot « gay », comme le souligne Catherine Ryan en citant un passage : « They stayed there and were gay there, not very gay there, juste gay there. They were both gay there, they were regularly working there both of them cultivating their voices there they were both gay there…17 ». Si ce terme désigne en anglais l’adjectif « gai-e » au sens littéral, il est ici utilisé par l’autrice comme référence à leur homosexualité18 et donne à penser qu’elles la vivent pleinement et librement. Elles ont d’ailleurs été enterrées ensemble à Vence, où elles sont mortes toutes les deux à cinq ans de différence.

Question de postérité

Ainsi la présence de ces deux artistes au sein de la collection d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie est notable par leur lien, celui d’un couple d’artistes, ouvertement lesbiennes. C’est aussi la seule représentation qui m’est connue de leur œuvre au sein d’une collection française à destination publique, que celle que leur offre la Bibliothèque. Notons toutefois que celle-ci est financée par un mécène privé, qui fréquente les milieux de l’avant-garde artistique et les soutient par ses achats. Celui-ci est ainsi libre de ses choix, qui se portent aussi sur des artistes homosexuelles.

La tombe d’Ethel Mars et de Maud Hunt Squire à Vence, 2000
(Photo issue du livre de Catherine Ryan)

Si on regrette qu’aucune œuvre ne soit – à ma connaissance – visible dans les collections publiques françaises, la collection formée par Jacques Doucet et ses collaborateurs permet de les transmettre à la postérité. Leur présence révèle la démarche historiographique du collectionneur, qui inclut à son discours les femmes artistes et en particulier le couple formé par Ethel Mars et Maud Hunt Squire.

Quant à l’étude de leur œuvre, j’ai trouvé un seul livre dédié au couple, cité dans ce billet et disponible à la Bibliothèque de l’INHA19 . Il existe aussi un court texte de Daniel Morane :« Maud Hunt Squire » dans Bernard Comment et François Chapon, Doucet de Fonds en combles, trésors d’une bibliothèque d’art, Paris, Herscher (2004)20 . Ce texte nous apprend que quatre-vingts ans après la Bibliothèque d’art et d’archéologie, quatre pochoirs utilisés par Maud Hunt Squire pour appliquer les couleurs à la poupée sur ses gravures ont été achetés21 . Cela s’ajoute aux œuvres – consultables sur demandes – dans les collections de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

Pour aller plus loin

Il existe aussi un livre assez complet sur l’œuvre d’Edna Boies Hopkins, brièvement évoquée dans ce billet : Vasseur, Dominique H., Edna Boies Hopkins. Strong in Character, Colorful in Expression, cat. exp., Columbus Museum of Art (14 décembre 2007 – 2 mars 2008), Springfield museum of Art Ohio (15 mars – 1er juin 2008) et Provincetown Art Association and Museum Massachusetts (Juin – 3 Août 2008), Athens, Ohio University press, 2007, disponible à la Bibliothèque de l’INHA22 .

De plus, j’ai dressé dans mon mémoire d’étude de Master 1 une liste des expositions et Salons par femmes artistes présentes dans le corpus des collections d’arts graphiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, de même qu’une liste des acquisitions relevées pour pallier le manque d’inventaire23 . Ces outils sont disponibles en annexe de mon étude et ouvrent à la possibilité d’une recherche plus aboutie – et nécessaire – sur ces deux artistes encore méconnues afin de leur donner la visibilité qu’elles méritent.

Article de Camille Philippon

  1. Daniel Morane, « Maud Hunt Squire », dans Bernard Comment et François Chapon, Doucet de Fonds en combles, trésors d’une bibliothèque d’art, Paris, Herscher, 2004, p. 108. []
  2. A ce sujet, voir les archives présentées dans l’article suivant : Camille Philippon, « Trois graveuses américaines à la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Ethel Mars, Maud Hunt Squire et Edna Boies Hopkins », dans Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet, 23/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1920. []
  3. Voir les exemples ci-dessus. []
  4. Voir les Archives du Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, conservée à l’INHA, une lettre du 7 novembre 1913 adressée par Maud Hunt Squire. []
  5. Catherine Ryan, « Très complémentaires: The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », éd. Mary Ryan Gallery and Susans Sheehan Gallery, exp. « Très complémentaires: The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », (Mary Ryan Gallery, New York, 12 Octobre -22 Novembre 2000), p. 32. []
  6. Catherine Ryan, Ibid., p. 3. []
  7. Je signale aux lecteur-ices interéssé-es par ce sujet la toute récente traduction par Martin Richet de l’ouvrage autobiographique d’Alice B. Toklas écrit par Gertrude Stein, The Autobiography of Alice B. Toklas (1933). Certaines anecdotes sont d’ailleurs tirées de rencontres avec Mars et Squire, comme le dit Jordan Karney Chaim (http://tworedroses.com/newsletters/newsletter09012018.html). []
  8. « Anne Goldthwaite », Wikipédia, l’Encyclopédie libre, page consultée le 30 janvier 2021, [En ligne, URL : https://en.wikipedia.org/w /index.php?title=Anne_Goldthwaite&oldid=1018643853]. Notons en particulier l’exposition organisée par l’artiste en 1915, « Exhibition of Painting and Sculpture by Women Artists for the Benefit of the Woman Suffrage Campaign » à la Macbeth Gallery de New York. Voir à ce sujet Mariea Caudill Dennison, « Babies for the Suffrage : “The Exhibition of Painting and Sculpture by Women Artists for the Benefit of the Woman Suffrage Campaign” », in Woman’s Art Journal, Volume 24, n° 2, Automne 2003- Hiver 2004, p. 24-30. []
  9. Julie Verlaine, Femmes collectionneuses d’art et mécènes de 1880 à nos jours, Paris, Éditions Hazan, 2013, p. 132. []
  10. Jordan Karney Chaim, « An American in Paris, Ethel Mars », newsletter de la Two Red Roses Foundation, septembre 2018 [En ligne, URL : http://tworedroses.com/newsletters/newsletter09012018.html). []
  11. Camille Philippon, « Trois graveuses américaines à la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Ethel Mars, Maud Hunt Squire et Edna Boies Hopkins », dans Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet, 23/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1920.Camille Philippon, « Trois graveuses américaines à la Bibliothèque d’art et d’archéologie : Ethel Mars, Maud Hunt Squire et Edna Boies Hopkins », dans Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet, 23/09/2021, https://baadoucet.hypotheses.org/1920. []
  12. Colonie d’artistes qui se consacre principalement à la gravure sur bois en lien avec les styles et expérimentations des mouvements d’avant-garde américains et européens. []
  13. Catherine Ryan, « Très complémentaires: The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », op. cit., p. 4. []
  14. Cité dans Catherine Ryan, Ibid., p 4-5. Traduit par moi-même : « Deux demoiselles d’honneur, toutes les deux peintres, qui ont été à Provincetown. « Maison ladies » ne décrit pas ces deux-là à juste titre, celles qui sont connues comme Mars et Squire et qui ont mené une vie affranchie des conventions des hommes. » []
  15. Catherine Ryan, Loc.cit. []
  16. Gertrude Stein, « Miss Furr and Miss Skeene (1908-1911) », publié pour la première fois en 1922 dans la collection Geography and Plays. Un extrait traduit peut être lu ici: URL : https://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1978_num_21_1_1338. []
  17. Cité dans Catherine Ryan, « Très complémentaires: The Art and Lives of Ethel Mars and Maud Hunt Squire », op. cit., p. 5. []
  18. Explicité par Jordan Karney Chaim, « An American in Paris… », op. cit. []
  19. Voici le lien vers la notice du site de la BINHA : URL :https://inha-fr.userservices.exlibrisgroup.com/discovery/openurl?institution=33INHA_INST&rfr_id=info:sid%2Fsummon&rft_dat=ie%3D2177669770006661,language%3DEN&svc_dat=CTO&u.ignore_date_coverage=true&vid=33INHA_INST:Services. []
  20. Voici le lien vers la notice du site de la BINHA : URL : https://inha-fr.userservices.exlibrisgroup.com/discovery/openurl?institution=33INHA_INST&rfr_id=info:sid%2Fsummon&rft_dat=ie%3D2179033220006661,language%3DEN&svc_dat=CTO&u.ignore_date_coverage=true&vid=33INHA_INST:Services&Force_direct=false. []
  21. Daniel Morane, « Maud Hunt Squire », in Bernard Comment et François Chapon, Doucet de Fonds en combles…, op. cit., p. 108. []
  22. Voici le lien vers la notice du site de la BIHA : URL : Edna Boies Hopkins [Texte imprimé] : strong in character, colorful in expression : [exhibition organized by the Columbus Museum of Art, December 14, 2007-March 2, 2008 and the Springfield Museum of Art, Ohio, March 15-June 1, 2008, toured to the Provincetown Art Association and Museum, Massachusetts June-August 3, 2008] / Dominique H. Vasseur – Institut national d’histoire de l’art (INHA) (exlibrisgroup.com). []
  23. Camille Philippon, Acquisitions d’œuvres de femmes artistes pour le Cabinet des dessins et le Cabinet des estampes modernes de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet (1909-1917), Mémoire d’étude sous la direction de Madame Pascale Cugy et de Monsieur François-René Martin, Ecole du Louvre, Paris, 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search